1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Primaire Les Républicains : "Si on ne peut pas faire un vote par Internet, les Français à l'étranger ne pourront pas voter", dit Thierry Solère
1 min de lecture

Primaire Les Républicains : "Si on ne peut pas faire un vote par Internet, les Français à l'étranger ne pourront pas voter", dit Thierry Solère

REPLAY / INVITÉ RTL - Le bureau politique des Républicains ne permettra pas aux Français à l'étranger de voter via Internet. Une décision que conteste la Haute autorité de la primaire.

Le député Thierry Solère (LR) à Paris le 2 octobre 2015.
Le député Thierry Solère (LR) à Paris le 2 octobre 2015.
Crédit : CHAMUSSY/SIPA
Primaire Les Républicains : "Si on ne peut pas faire un vote par Internet, les Français à l'étranger ne pourront pas voter", dit Thierry Solère
05:26
Marie-Pierre Haddad

C'est acté par le bureau politique des Républicains : les Français vivant à l'étranger ne pourront pas voter pour la primaire de la droite via Internet. Une décision prise au détriment des candidats au scrutin qui estiment que cela va léser 1,3 million de citoyens. Thierry Solère, le président du comité d'organisation de la primaire Les Républicains, souhaite que "des règles soient définitivement actées pour que tout le monde comprenne comment va se dérouler le scrutin". Au micro de RTL, il tient à rappeler ce qui a été acté : "On a les dates, les 20 et 27 novembre, et le fait que tous les Français pourront voter dans des bureaux de vote à côté de chez eux. Il y en aura 10.337 sur le territoire national". 

Concernant les tensions dues à la décision de Nicolas Sarkozy, le député Les Républicains relativise. "J'ai vu que de nombreux candidats avaient saisi la Haute autorité. Si on ne peut pas faire un vote par Internet pour les Français, on ne pourra pas les faire voter. Nous n'avons pas les réseaux diplomatiques. La primaire pour qu'elle marche, il faut qu'elle soit transparente, non contestable et que beaucoup de monde vote", ajoute-t-il. 

Cependant, cette décision ne semble pas encore actée : "Nicolas Sarkozy a souhaité que je revienne dans quinze jours, dans le prochain bureau politique, pour proposer les modalités de vote des Français à l'étranger (...) Personne n'était informé de ce vote. Je souhaite que ce débat soit vite dernier nous (...) Je ne rentre pas dans les querelles politiciennes, mon seul travail est d'organiser un scrutin d'une manière incontestée à l'arrivée". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/