1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. PRG : Cambadélis propose un "nouveau partenariat" avec les "réformistes de gauche"
1 min de lecture

PRG : Cambadélis propose un "nouveau partenariat" avec les "réformistes de gauche"

Le Premier secrétaire du Parti socialiste a annoncé vouloir proposé un "nouveau partenariat stratégique" au PRG, qui menace de quitter le gouvernement si Valls ne retire pas certaines mesures.

Jean-Christophe Cambadélis dans son bureau à Paris le 5 septembre 2014. (archives)
Jean-Christophe Cambadélis dans son bureau à Paris le 5 septembre 2014. (archives)
Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK
La rédaction numérique de RTL & AFP

Alors que le Parti radical de gauche (PRG) menace de quitter le gouvernement, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé vouloir lui proposer un nouveau partenariat. "Je propose au PRG un nouveau partenariat stratégique, une alliance progressiste regroupant tous les réformistes de ce pays, tous les réformistes de gauche, qui soit capable d'accompagner le gouvernement (...) Que nous ayons une vraie discussion de fond et pas une colère parfois feinte", a déclaré le Premier secrétaire du PS sur France Info ce lundi 13 octobre.

Le président du PRG Jean-Michel Baylet doit rencontrer François Hollande et Manuel Valls ce lundi 13 octobre. Il a affirmé dimanche 12 octobre que les radicaux de gauche souhaitaient "négocier" les conditions de leur maintien au sein de la majorité gouvernementale, sans adresser d'"ultimatum" à ses alliés socialistes.

Baylet battu aux sénatoriales

Les radicaux de gauche demandent le retrait de plusieurs mesures que le PS va "évidemment étudier" selon Jean-Christophe Cambadélis, dont la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu contenue dans le projet de loi de finances 2015, certaines mesures touchant à la politique familiale. Le PRG est également hostile à la réforme territoriale.

"Je crois que le patron du PRG aujourd'hui est mécontent de la situation produite par les élections sénatoriales. Il a été battu. On peut le comprendre. Le PS, et je l'ai dit en Conseil national, n'a pas été à la hauteur de ses engagements" même si "ce n'est pas nous qui l'avons fait battre", a poursuivi le Premier secrétaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/