4 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : 5 raisons qui montrent que Hollande sera candidat

Le président de la République multiplie les interventions et discours, prémisses d'une future campagne pour l'élection présidentielle.

François Hollande
François Hollande Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Marie de Fournas

Attaque du parti adverse, défense de son bilan ou encore positionnement au niveau international. À 11 mois de la prochaine présidentielle, François Hollande n'a pas officiellement, ni officieusement déclaré s'il se portait candidat pour briguer un second mandat. Alors qu'un sondage TNS Sofres, sorti jeudi 30 juin, évalue sa cote de popularité à 12 %, l'actuel président pourrait prochainement entrer en campagne.

François Hollande commence plus ou moins discrètement à poser les bases d'une potentielle candidature pour 2017. Dernier indicateur de ce tournant, un long entretien accordé au journal Les Echos. Le président en a profité pour une fois de plus, placer quelques pions à l'aide de phrases bien choisies. Une pratique qu'il exerce de plus en plus régulièrement ces derniers temps. 

1 - "Ca va mieux" : le grand axe de sa campagne

Tout est parti de l’émission Dialogues citoyens, diffusée sur France 2, le 14 avril. Le Président y défend son bilan politique et économique. Revenant sur son mandat, il lance alors: "Quand le président dit : 'ça va mieux', qu’il y a tant de difficultés, on se demande s’il voit bien, s’il écoute bien, s’il a bien pris conscience des réalités. Mais, oui, ça va mieux." Même si la séquence en a laissé beaucoup perplexe, François Hollande le justifie dès qu'il le peut. 

Interviewé par Les Echos, il profite d'ailleurs d'une question sur le Brexit pour faire son petit bilan économique. "Il y a bien une reprise en France et un début d'inversion de la courbe du chômage. C'est un fait indiscutable. Notre croissance sera supérieure à 1,6% cette année, ce qui nous permettra de créer au moins 200.000 emplois", se targue-t-il. Un gros clin d’œil. En avril 2014, lors d'un déjeuner avec des dirigeants et des salariés de Michelin, il déclarait : "Si le chômage ne recule pas d'ici à 2017, je n'ai aucune raison d'être candidat à un deuxième mandat."

2 - Les attaques envers ses adversaires

À lire aussi
Alain Juppé, le 14 septembre 2020 présidentielle 2017
Juppé sur RTL : "Peut-être n'avais-je pas l'ambition présidentielle chevillée au corps"

Dans cette même interview, le Président n'y va pas de main morte pour casser ses adversaires de la droite, notamment à propos de leurs projets économiques. "L'originalité n'est pas leur marque de fabrique, lance-t-il au journal. Ils [leurs projets économiques] me paraissent surtout inadaptés à la situation de notre pays et éminemment dangereux pour notre modèle social." 

Le Front national n'est pas délaissé. Le 6 avril, dans une interview à Bild, le chef de l'État a déclaré : "Marine Le Pen fait tout pour banaliser le Front national en France mais lorsqu’elle s’exprime au Parlement européen devant Mme Merkel et moi-même, elle reprend les vieux discours sur la rivalité franco-allemande".

3 - Un positionnement au niveau international

Au niveau international, François Hollande adopte désormais une posture intransigeante et franche. Sur la question de la sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni, il juge dans Les Echos, le choix du peuple britannique "irrévocable" et ajoute : "La démocratie n’est pas une partie de poker. Il n’y aura de négociation avec le Royaume-Uni que dans le cadre de la séparation prévue par l’article 50 des traités". 

Le chef d'État ne limite pas ses déclarations à l'Union européenne. "L’élection de Trump serait dangereuse", affirme-t-il encore au journal. Il ajoute : "Ses slogans diffèrent peu de ceux de l’extrême droite en Europe et en France : peur de la déferlante migratoire, stigmatisation de l’islam, mise en cause de la démocratie représentative, dénonciation des élites – alors même que Donald Trump, par sa fortune, en est l’incarnation la plus évidente". "Le meilleur service que peuvent rendre les démocrates, c’est de faire élire Hillary Clinton", conclut-il.

4 - Figure d'autorité

François Hollande use plus que jamais d'un ton ferme, même lorsqu'il s'agit de parler de ses choix politiques : "je veux", "je demande", "j'ai décidé". Les interjections sont brèves et affirmées. Notamment concernant le sort de la loi El Khomri : "Il n'y a aucune incertitude. La loi sera votée et promulguée dans les délais prévus. Je souhaite qu'une majorité puisse être trouvée. À défaut, il sera de nouveau recouru à l'article 49-3".

5 - Ses proches vendent la mèche

Lundi 27 juin, un proche du Président indiquait à RTL que Manuel Valls était pressenti pour diriger la campagne présidentielle de François Hollande. En 2012 déjà, il était directeur de la communication mais tellement présent qu'on l'appelait le "directeur de campagne bis".

Sur France 2, jeudi 30 juin, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a estimé que le regard sur François Hollande allait "changer" avec le début de la campagne pour la présidentielle de 2017 et que la candidature du Président était pour lui une "évidence"

"J’ai toujours dit que le président de la République était le candidat légitime. […] Moi, je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas de meilleur candidat à gauche, pour rassembler à gauche et rassembler une majorité de Français, que François Hollande", affirme ce jeudi sur Radio Classique, Michel Sapin, le ministre des Finances et des Comptes publics. Quant à Axelle Lemaire, la secrétaire d'État chargée du Numérique, elle déclare le même jour sur France Inter : "François Hollande, je crois, aimerait être candidat".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants