2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Benoît Hamon écarte l'obligation de "se marier" avec Jean-Luc Mélenchon

Dans un entretien avec les lecteurs du "Parisien", le candidat socialiste impute le manque d'unité de la gauche à la position du leader de La France Insoumise

Benoît Hamon, le 24 mars 2017
Benoît Hamon, le 24 mars 2017 Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo
et AFP

Benoît Hamon ralliera-t-il le camp de Jean-Luc Mélenchon ? Jusqu'à présent la question ne se posait pas. Mais l'inverse avait été évoqué à plusieurs reprises. Le socialiste a tendu plusieurs fois la main au député européen afin qu'ils unissent leurs forces, mais le tribun a toujours refusé. Or, la tendance dans les sondages s'est inversée et c'est désormais Jean-Luc Mélenchon qui se trouve être le favori de la gauche. De quoi s'interroger sur l'avenir de la candidature de Benoît Hamon. Pour ce dernier cependant, l'impossible union entre leurs deux campagnes est de la faute de l'ancien sénateur de l'Éssonne. 

"Aujourd'hui, peut-on se marier avec Jean-Luc Mélenchon ? Civilement, nos cœurs sont déjà pris", ironise Benoît Hamon dans les colonnes du Parisien dimanche 2 avril, face aux lecteurs." Mais il insiste sur un point : "Pour le reste, je travaillerai toujours à l'unité. Le député des Yvelines est revenu sur le rejet constant du leader de La France Insoumise de le rejoindre. "Y-a-t-il un impératif à se rassembler avec Jean-Luc Mélenchon ?"; demande-t-il. "À l'époque, il disait qu'à cause de Manuel Valls, c'était impossible. Il n'y a plus Manuel Valls et c'est encore non !", dénonce-t-il par ailleurs. avant d'ajouter que selon lui, l'argument selon lequel le tribun le devance dans les sondages (16 % d'intentions de votes contre 8 % pour Benoît Hamon selon une enquête Odoxa pour Le Point) est loin d'être suffisant.

Rassemblement partiel

Chahuté dans sa campagne au vu des départs massifs des soutiens socialistes qui vont rejoindre le camp d'Emmanuel Macron, Benoît Hamon a bien du mal à remporté l'adhésion des Français, y compris celle de la gauche modérée. Cependant, il ne s'agit pas d'un échec pour lui, d'autant que certaines "alternatives" le font doucement rire. "J'ai quand même rassemblé les Verts et les radicaux", lance-t-il, et "la gauche modérée va découvrir qu'Emmanuel Macron n'est pas de gauche". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Benoît Hamon Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants