2 min de lecture Présidence UMP

Présidence de l'UMP : le parti porte plainte après des "cyberattaques" intervenues lors du vote

Luc Chatel a annoncé, ce samedi 29 novembre, que l'UMP a porté plainte après avoir reçu des "attaques extérieures", qui ont perturbé le vote pour la présidence du parti.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Cyberattaques : l'UMP porte plainte Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : La rédaction de RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis et Marie-Pierre Haddad

Même si l'incident est clos, comme l'annonce la Haute Autorité qui supervise le scrutin, l'UMP a été victime de "cyberattaques", sur le serveur qui héberge le site. Le scrutin a ainsi été perturbé pendant une partie de la soirée. Cet événement suscite beaucoup de questions sur la fiabilité du vote par internet.

Des milliers de demandes de connexions

Un encombrement volontaire a eu lieu lors du scutin. Un ou plusieurs ordinateurs ont été programmés pour envoyer des centaines de milliers de demandes de connexions. Cela a provoqué ce que les informaticiens appellent un "déni de service". La connexion est ralentie pour tous ceux qui voulaient se connecter.

"Erreur de connexion" : c'est ce qu'ont subi des centaines d'adhérents qui ont tenté de voter. Beaucoup de militants se sont énervés sur les réseaux sociaux.

Des attaques difficilement contournables

L'incident est clos. Mais la Haute-Autorité qui supervise le scrutin reste laconique dans ses communiqués. À la fois parce qu'elle en sait peu sur l'origine des attaques et parce qu'elle ne veut pas donner de mauvaises idées à des personnes mal intentionnées

À lire aussi
Jean-François Copé Primaire Les Républicains
Primaire de la droite : Copé s'explique sur sa lutte fratricide avec Fillon pour la présidence de l'UMP

La situation avait été anticipée mais ce type d'attaque est difficilement contournable. C'est comme si quelqu'un décidait de bloquer la porte du bureau de vote. Tant que la police n'intervient pas, les électeurs ne peuvent pas voter.

Un système sécurisé

Le vote électronique est-il un mode de scrutin fiable ? Un scrutin papier n'est pas une garantie de réussite et de transparence. Cette technique avait divisé le parti lors de la guerre Copé-Fillon.
Il peut aussi y avoir des failles avec un vote électronique. Mais l'attaque subie par le parti n'est pas la pire chose qui pouvait arriver. Le pire serait une action de piratage, un hacking, c'est-à-dire quelqu'un qui prend le contrôle des ordinateurs.

Il peut soit détourner la page d'accueil vers un autre site internet, histoire de mettre la pagaille, soit fausser l'élection en usurpant l'identité des votants. Le système de l'UMP est sécurisé. Il faut quatre personnes différentes avec quatre clés informatiques pour y pénétrer. Mais évidemment, un hacker expérimenté, sur le papier, peut le forcer.

Dans un cas extrême, la Haute Autorité pourrait décider d'annuler le scrutin. C'est une décision lourde parce qu'un scrutin comme celui-ci coûte 250.000 euros, sans compter le coût politique pour l'UMP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidence UMP Nicolas Sarkozy Bruno Le Maire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants