4 min de lecture Élysée

Pourquoi Emmanuel Macron est face à une rentrée délicate

DÉCRYPTAGE - Une baisse de la popularité, l'affaire Benalla et la démission de Nicolas Hulot du gouvernement ont terni la reprise du président de la République.

Emmanuel Macron, en visite au Danemark, le 29 août 2018
Emmanuel Macron, en visite au Danemark, le 29 août 2018 Crédit : ludovic MARIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Un président de la République en déplacement à l'étranger, un porte-parole du gouvernement appelé à réagir quasiment en direct... Moins de deux mois après l'affaire Benalla, la démission surprise de Nicolas Hulot, en pleine rentrée politique, est un nouveau coup dur pour le gouvernement et Emmanuel Macron, au moment où sa popularité est au plus bas.

Après des mois d'atermoiements, le ministre de la Transition écologique a annoncé à la radio qu'il quittait le gouvernement. Ni Emmanuel Macron ni Édouard Philippe n'avaient été prévenus.

Pris de court depuis Copenhague, Emmanuel Macron a dit dans l'après-midi "respecter" la décision de Nicolas Hulot, "un homme libre" dont l'Élysée vante le bilan, et compter sur son engagement "sous une autre forme". Cette démission arrive comme une nouvelle difficulté pour le gouvernement.

À lire aussi
Alexandre Benalla lors de son audition par la commission d'enquête du Sénat le 19 septembre 2018 Élysée
Alexandre Benalla sur RTL : "J'ai dit toute la vérité, je suis soulagé"

Un enchaînement délicat

Selon Bernard Sananès, président de l'institut Elabe, "ça continue de donner le sentiment qu'après un an où l'exécutif avait la main, depuis l'affaire Benalla, il subit. Il subit l'affaire Benalla, il subit les mauvais chiffres de la croissance, il subit l'équation budgétaire difficile, et aujourd'hui il subit - puisqu'il l'apprend à la radio - la démission de Nicolas Hulot".

Une source gouvernementale le reconnaît : "Ce n'est jamais agréable de perdre quelqu'un qui a une liberté de ton, dont on connaît la sincérité de l'engagement sur ces sujets", mais "ce qui change la vie des gens, ce n'est pas le nom du ministre mais ce sont les politiques mises en oeuvre"

La même source confesse ignorer "comment l'opinion va réagir" au départ de Nicolas Hulot. 
À en croire Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop, c'est d'abord au prisme des dossiers économiques et sociaux, et pas de la question climatique, que l'efficacité du pouvoir est évaluée.

Une caution écologique aussi forte que Hulot

Après l'affaire Benalla, l'impact pour Emmanuel Macron serait d'abord symbolique : "Sur des affaires extrêmement différentes, Emmanuel Macron perd ce qui était une de ses forces: la gestion de l'agenda médiatique", explique le sondeur. Nicolas Hulot, caution écologique de ce début de quinquennat Macron, qui avait refusé d'entrer dans de précédents gouvernements, restait selon plusieurs instituts de sondage la personnalité politique préférée des Français. Ceux-ci étaient toutefois partagés sur l'efficacité de l'action du ministre. 
                   
Qui pourra remplacer ce ministre-clé dans l'édifice gouvernemental ? "Pour être ministre de l'Environnement, il faut avoir un poids politique", souligne Daniel Boy. Premier profil évoqué par les politologues, "un écolo connu et reconnu", ajoute-t-il, notant que "le seul qui reste en poste et qui est Macron compatible, c'est François de Rugy", le président de l'Assemblée nationale. 

Autre solution, un ministre "technicien", compétent mais pas forcément connu du grand public. Ou un ministre plus "politique", à l'image du secrétaire d'État à la Transition écologique Sébastien Lecornu, ancien maire d'Évreux. "Il ne faut pas se dire qu'il faut trouver le même", affirme la source gouvernementale interrogée par l'AFP

Couacs à répétition pour le prélèvement à la source

Le prélèvement à la source en France verra-t-il le jour en janvier 2019 comme prévu ? Le doute s'installe après une série d'informations contradictoires ces derniers jours, évoquant ici des barrières psychologiques, là des erreurs lors de tests, au moment où l'Élysée semble hésiter. 

"Le dispositif technique fonctionne, il est prêt !", a assuré samedi soir sur Twitter Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, chargé de la mise en oeuvre de cette réforme. Mais du côté des autres membres du gouvernement, c'est surtout la prudence qui dominait dimanche au moment d'évoquer ce dossier qui menace d'ajouter un nouveau couac à la rentrée déjà mouvementée de l'exécutif. 

Une réunion entre Emmanuel Macron et Gérald Darmanin est programmée mardi à l'Élysée sur la question. 

Les doutes de Stéphane Bern

Dans la foulée de la démission de Nicolas Hulot, Stéphane Bern a affirmé qu'il quittera sa mission sur le patrimoine s'il n'est qu'un "cache-misère". "Il y a du bon et du moins bon" dans la mission que lui a confiée le chef de l'État Emmanuel Macron il y a un an pour aider à sauver le patrimoine local en péril.
   
Côté positif, "je suis satisfait d'avoir réveillé l'intérêt des Français pour cette cause", indique Stéphane Bern. Dans le "bon" également, le loto du patrimoine, qui aura lieu le 14 septembre, et un jeu à gratter, qui devraient permettre de récolter 15 à 20 millions d'euros. 
Mais "j'entends aussi qu'on est prêt à mobiliser 450 millions d'euros pour rénover le Grand Palais à Paris. Et pendant ce temps, on me laisse me décarcasser pour trouver 20 millions d'euros pour le patrimoine vernaculaire des petits villages", regrette-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794582039
Pourquoi Emmanuel Macron est face à une rentrée délicate
Pourquoi Emmanuel Macron est face à une rentrée délicate
DÉCRYPTAGE - Une baisse de la popularité, l'affaire Benalla et la démission de Nicolas Hulot du gouvernement ont terni la reprise du président de la République.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pourquoi-emmanuel-macron-est-face-a-une-rentree-delicate-7794582039
2018-08-30 07:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AVGg98-gQXcb1RvXNk5G4w/330v220-2/online/image/2018/0829/7794582453_emmanuel-macron-en-visite-au-danemark-le-29-aout-2018.jpg