1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pour Cécile Duflot, Manuel Valls "n'est pas vraiment écologiste"
1 min de lecture

Pour Cécile Duflot, Manuel Valls "n'est pas vraiment écologiste"

La députée EELV revient sur son passage au gouvernement en tant que ministre de l'Égalité des territoires et du Logement.

Cécile Duflot et Manuel Valls, le 9 octobre 2012, à la Sorbonne. (archives)
Cécile Duflot et Manuel Valls, le 9 octobre 2012, à la Sorbonne. (archives)
Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Valentin Chatelier

Cécile Duflot ne s'exprime que peu sur son passé de ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, poste qu'elle a occupé de mai 2012 à mars 2014. Dans une interview pour BFM TV publiée lundi 28 juillet, elle est pourtant revenue notamment sur ses relations avec Manuel Valls.

En matière d'écologie, l'ancienne ministre explique ne pas pouvoir aller dans le sens qu'elle voulait avec ce gouvernement. "J'avais la lucidité de savoir de manière extrêmement claire – ce qui s’est passé ensuite l’a montré – que ce serait absolument impossible de le faire dans un gouvernement dirigé par Manuel Valls", résume-t-elle. Selon elle, Manuel Valls "n'est pas vraiment écologiste" mais le tenant d'une ligne politique "qui ne va pas dans le bon sens".

Je me suis dit que j’avais une chance sur deux de me faire virer

Cécile Duflot

Cécile Duflot revient également sur sa place au sein du gouvernement, rappelant qu'elle avait pensé le quitter "deux ou trois fois". L'ex-ministre avait par exemple été très virulente à l'encontre de Manuel Valls après certains de ses propos. "Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie", avait déclaré le 24 septembre dernier celui qui était alors ministre de l'Intérieur. Une phrase alors vivement critiquée par Cécile Duflot, estimant que Manuel Valls était ce jour-là allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain".

"Je n’avais pas prévu de dire les choses de cette manière-là et ça m’est venu des tripes. Mais, en descendant de l’estrade, je me suis dit que j’avais une chance sur deux de me faire virer et que si c’était là-dessus, ce n’était pas grave", résume-t-elle.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/