1 min de lecture Écologie

Nucléaire : Hulot se défend de toute reculade et tacle Royal sans la nommer

Le ministre de la Transition énergétique et solidaire propose un point d'étape "dans un an" pour déterminer le nombre de réacteurs à fermer.

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% dès 2025 : selon Nicolas Hulot, l'objectif, fixé par la loi de transition énergétique votée sous l'ère Hollande, n'était "pas atteignable". "Beaucoup savaient que cet objectif n'était pas atteignable", dénonce Nicolas Hulot, visant sans les nommer Ségolène Royal, ministre de l'Environnement de l'époque, et François Hollande. Le ministre de la Transition écologique et solidaire propose de conserver cette ambition, mais de la "décaler dans le temps", a-t-il déclaré mercredi 8 novembre sur BFMTV. "Il va falloir probablement la reporter à 2030, ou au plus tard à 2035."

L'ancien présentateur d'Ushuaïa Nature a répliqué à ceux qui dénonçaient "une résignation" ou "un problème de volonté politique" : "Certains ont dit 'Hulot a reculé', pas du tout, on va avancer. On va travailler avec l'ensemble des acteurs (syndicats, élus, ONG, ndlr), ce qui compte c'est (de faire preuve de) réalisme et de détermination (...) Mais si je ne me tenais pas à cet objectif, il ne serait jamais réalisé. Les esprits sont en train de bouger", assure le ministre. "Ce qui était impossible hier va le devenir".

Sur le nucléaire, Nicolas Hulot promet des réponses concrètes "dans un an". "Nous aurons une visibilité claire sur le nombre de réacteurs à fermer, probablement entre 17 et 25", estime-t-il, souhaitant faire de la fermeture de Fessenheim "un cas d'école pour les salariés et les territoires."

Le ministre continue de poursuivre l'objectif visant à "sortir des énergies carbones" au profit des énergies renouvelables, et en appelle "au civisme et à la citoyenneté" des Français, les encourageant à "arrêter de s'opposer à l'installation des éoliennes". Par ailleurs,"il faut qu'on ferme les centrales à charbon en 2022", a souligné Nicolas Hulot, assurant que le gouvernement "va maintenir" cet objectif.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Nicolas Hulot Nucléaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants