1 min de lecture Moines de Tibéhirine

Moines de Tibéhirine : l'Algérie reporte une visite du juge Marc Trévidic

Alger a reporté la visite du juge français Marc Trévidic, prévue à partir de dimanche, au cours de laquelle il devait procéder à l'exhumation des têtes des moines de Tibéhirine.

Le juge anti-terroriste Marc Trévidic, le 14 février 2013 à Paris
Le juge anti-terroriste Marc Trévidic, le 14 février 2013 à Paris Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic devait se rendre en Algérie à partir de dimanche, pour enquêter sur l'assassinat des moines de Tibéhirine, mais les autorités algériennes ont reporté sa visite.

Le juge Marc Trévidic et sa consoeur Nathalie Poux avaient obtenu en novembre l'accord des autorités algériennes pour exhumer les têtes des moines enterrées à Tibéhirine, assassinés en 1996, en pleine guerre civile. "La visite est reportée fin mai-début juin", a déclaré une source judiciaire.

"C'est pour nous une immense déception", a commenté l'avocat des proches des religieux, Me Patrick Baudouin. "Le magistrat de liaison algérien en France a indiqué au juge Trévidic que tout n'était pas prêt pour cette visite. Nous espérons que la porte n'est pas définitivement fermée mais je suis sceptique, car nous sommes menés en bateau depuis si longtemps dans cette affaire", a-t-il lâché.

Nous espérons que la porte n'est pas définitivement fermée mais je suis sceptique.

Me Patrick Baudouin
Partager la citation

Hypothèse d'une bavure de l'armée algérienne

Enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère isolé près de Medea, au sud d'Alger, les religieux avaient été assassinés, un acte revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA) de Djamel Zitouni. Les têtes des moines avaient été retrouvées le 30 mai 1996 au bord d'une route de montagne. Leurs corps n'ont en revanche jamais été retrouvés.

À lire aussi
guerre
Pays basque : une voix de la Première Guerre mondiale refait surface après 104 ans

Après avoir suivi la thèse islamiste, le juge Trévidic a réorienté l'enquête vers une possible bavure de l'armée algérienne, avec le témoignage d'un ancien attaché de Défense à l'ambassade de France à Alger. Selon le général François Buchwalter, les moines ont été tués dans un raid d'hélicoptères militaires tandis qu'ils se trouvaient dans ce qui semblait être un bivouac de jihadistes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Moines de Tibéhirine Politique International
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants