2 min de lecture Yvelines

Magnanville : le policier qui a refusé de serrer la main de Hollande victime de fausses rumeurs

Lors de l'hommage rendu aux policiers assassinés par Larossi Abballa, un homme a refusé de serrer la main à François Hollande et Manuel Valls, vendredi 17 juin.

François Hollande, à Versailles pour rendre hommage aux policiers tués par Larossi Abballa, le 17 juin 2016
François Hollande, à Versailles pour rendre hommage aux policiers tués par Larossi Abballa, le 17 juin 2016 Crédit : DOMINIQUE FAGET / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

L'hommage aux policiers Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider a pris une tournure politique, vendredi 17 juin. Alors que François Hollande les a faits, à titre posthume, chevaliers de la Légion d'honneur, un homme a refusé de serrer la main au président de la République. Il réservera le même accueil à Manuel Valls. Aux médias présents sur place, il a expliqué vouloir dénoncer, à travers ce gestes, le manque de moyens dans la police.

"Il y a trop de problèmes dans la police (…) On en a ras-le-bol. Nous avons 3 véhicules pour 40, que faire avec ça ?", expliquait-il à TF1. Quelques heures plus tard, de nombreuses rumeurs se propagent concernant l'identité de ce policier. Le Parisien rapporte qu'une page Facebook intitulée "Soutien au policier qui a refusé de saluer François Hollande" a été créée dans la foulée et compte aujourd'hui plus de 289.000 membres. "Nous soutenons ce policier et notre police ! Cette page doit devenir un lieu d'échange et de dialogue au service du bien commun ! Nous relaierons tous les messages de soutien à la police et à ce policier !", peut-on lire dans un poste mis en ligne dimanche 19 juin.

Une fausse page Facebook

Le journal explique ensuite qu'une autre page Facebook a été créée, "quasi semblable à la précédente, elle a pour bannière une capture des images diffusées lors de la cérémonie. Sauf qu'elle s'appelle "Soutien pour Sébastien Jallamion". Il s'agit du nom du policier lyonnais condamné en avril 2015 à 5.000 euros d'amende pour "provocation à la haine raciale et religieuse". Désormais supprimée, cette page a recueilli "des milliers de likes", comme le rapporte Le Parisien.


Selon les informations du journal, cette page diffusait un discours d'un certain Sébastien Jallamion, lors d'un rassemblement place du Trocadéro à Paris organisé par le Siel (Souveraineté, identité et liberté, un micro-parti affilié au Front national. "À regarder de plus près les images, il ne s'agit pas de la même personne", avance le quotidien qui a contacté l'avocat de Sébastien Jallamion, Gabriel Versini. "Je vous confirme et vous certifie que ce n'est pas mon client qui était invité à l'hommage pour les deux fonctionnaires de police tués", explique-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Yvelines Hommage Buzz internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants