3 min de lecture Diplomatie

"Macron a tenté d'imposer une forme de 'cool attitude', comme Obama"

ÉDITO - La séduction au service de la diplomatie : les premiers pas sur la scène internationale d'Emmanuel Macron continuent.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Alba Ventura : "Macron a tenté d'imposer une forme de 'cool attitude', comme Obama à ses débuts" Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Emmanuel Macron enchaîne les rendez-vous internationaux. Après le sommet de l'Otan à Bruxelles et le G7 en Sicile, il reçoit ce lundi 29 mai Vladimir Poutine à Versailles. Au menu : un déjeuner au Trianon et une exposition sur le tsar Pierre le Grand. Le président français sort le grand jeu. En tout cas, il fait tout pour mettre à l'aise son invité. Le faste de Versailles, ça plait à Poutine qui aime les ors du pouvoir. Rappelons que Pierre Ier est un des fondateurs de la Russie moderne qui a bâti Saint-Petersbourg, là où est né Vladimir Poutine. C'est aussi l'un des artisans de la stabilité des relations entre la Russie et la France. Emmanuel Macron lui fait la totale. Il a soigné le décorum.

Ce n'est pas pour ça, bien sûr, que les crises en Syrie et en Ukraine seront résolues demain. Ce n'est pas pour cela que l'affaire du piratage des mails de la campagne d'Emmanuel Macron, imputée aux Russes, sera oubliée. Tout comme ne sera pas oublié le soutien de Poutine à François Fillon et l'accueil de Marine Le Pen au Kremlin. Mais cela dit beaucoup de la méthode d'Emmanuel Macron sur le plan diplomatique.

Une méthode qui consiste à ne pas prendre à rebours, à ne pas s'inscrire dans un rapport de force ou dans l'indifférence. Macron ne veut pas faire comme Sarkozy ou comme Hollande. Il ne veut pas être dans l'invective, mais pas non plus dans les échanges mollassons. En fait, il cherche à créer un climat. Souvenez-vous d'ailleurs qu'au lendemain de son élection, dans son communiqué de félicitations, Vladimir Poutine l'avait appelé "à surmonter la méfiance mutuelle". Emmanuel Macron ne veut pas travailler dans la méfiance. Il travaille au contraire la fluidité des contacts. Il est dans une diplomatie de la séduction.

À lire aussi
Donald Trump s'explique sur sa rencontre avec Vladimir Poutine le 17 juillet diplomatie
Donald Trump admet l'ingérence des Russes dans la présidentielle 2016

Ne braquer personne

C'est ce qu'il a fait au sommet du G7, notamment avec Donald Trump. Ne braquer personne, n'effaroucher aucun de ses interlocuteurs. Regardez sur le climat, sur l'accord de Paris que Donald Trump menace de quitter. Emmanuel Macron n'a pas dit : "Nous ne sommes pas d'accord avec les États-Unis". Il a dit : "Il y a six pays qui sont d'accord". Voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

Alors évidemment le désappointement d'Angela Merkel a donné la tonalité réelle de la situation, elle a dit "c'est insatisfaisant". Et c'est vrai. Parce que personne ne sait ce que fera le président américain dans une semaine, rester ou sortir de l'accord de Paris. Donc effectivement, rien n'a bougé, c'est le statu quo. Mais Trump n'a pas non plus claqué la porter aux nez des autres dirigeants.

En attendant, ce qu'Emmanuel Macron a tenté d'imposer c'est une forme de positive attitude, de "cool attitude", comme l'avait fait Barack Obama à ses débuts. Celle d'un jeune président à l'aise au milieu des chefs d'État qui ne fait pas de faux-pas.

Une diplomatie du résultat ?

Ce qui est plutôt bon à prendre pour nous, Français, c'est qu'Emmanuel Macron était l'objet de toutes les curiosités lors de ces débuts dans le grand bain international. Il était l'homme que les uns et les autres avaient envie de rencontrer. Donald Trump avait envie de le rencontrer. Angela Merkel apprécie sa présence : elle a des égards vis-à-vis de lui qu'elle n'a jamais témoigné à personne ou alors un peu forcée. Il y a quelque chose qui imprime favorablement, positivement, et qui lui fait prendre la main.

Alors il ne faut pas être dupe que depuis son élection, Macron nous vend des images. De belles images : dans son command-car sur les Champs-Élysées le jour de la passation de pouvoir, à l'OTAN, au G7, à Versailles. Des images "régaliennes". Celles qui font dire qu'il a vraiment la stature "présidentielle". C'est bien évidemment sur les actes qu'il sera jugé. Nous verrons à l'avenir s'il n'aura été qu'un objet de curiosité du moment ou si cela peut aboutir à une diplomatie du résultat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Emmanuel Macron Vladimir Poutine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788746821
"Macron a tenté d'imposer une forme de 'cool attitude', comme Obama"
"Macron a tenté d'imposer une forme de 'cool attitude', comme Obama"
ÉDITO - La séduction au service de la diplomatie : les premiers pas sur la scène internationale d'Emmanuel Macron continuent.
https://www.rtl.fr/actu/politique/macron-a-tente-d-imposer-une-forme-de-cool-attitude-comme-obama-a-ses-debuts-analyse-alba-ventura-7788746821
2017-05-29 08:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/n6NorLSxExI5lKx_1ixwxw/330v220-2/online/image/2017/0529/7788746837_emmanuel-macron-le-27-mai-2017-lors-du-sommet-du-g7.jpg