1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le Qatar mis au ban par ses voisins : "une manœuvre de Trump", selon Kouchner
1 min de lecture

Le Qatar mis au ban par ses voisins : "une manœuvre de Trump", selon Kouchner

REPLAY - Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères, le président américain Donald Trump joue un rôle dans la mise à l'écart diplomatique de Doha.

Bernard Kouchner à Cannes en mai 2014
Bernard Kouchner à Cannes en mai 2014
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Le Qatar mis au ban par ses voisins : "une manœuvre de Trump", selon Kouchner
00:05:17
L'Invité de RTL soir du 05/06/2017
00:05:21
micros
La rédaction numérique de RTL

Arabie Saoudite, Égypte, Émirats arabes unis, Bahreïn... Le Qatar est mis au ban par ses voisins. Les quatre pays rompent leurs relations diplomatiques avec le pays, estimant que la presqu'île soutient le terrorisme. "Il ne faut pas prendre cela trop au sérieux", estime l'ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner qui voit là "une manœuvre, un coup de poker de Monsieur Trump". "Je pense qu'il essaie d'isoler l'Iran", estime-t-il à propos du président américain, qui était en visite en Arabie Saoudite deux semaines plus tôt.

Fermeture de l'espace aérien, fermeture de la frontière terrestre, exclusion de la coalition arabe... La mise à l'écart de Doha n'est pas sans conséquences pour le pays. "En même temps, les Qataris sont membres de la coalition américaine donc tout cela est un peu mélangé", nuance Bernard Kouchner, loin d'être alarmiste sur le sort du Qatar. 

Les beaux esprits qui disent qu'il faut rompre les relations diplomatiques ont besoin de pétrole pour leur voiture. Ne soyons pas hypocrites.

Bernard Kouchner

La France n'est, selon lui, pas tenue de rompre avec le Qatar au nom de la lutte antiterroriste. "Ou alors il faut rompre avec les autre", argue-t-il. "Je pense que l'Arabie saoudite a soutenu beaucoup de nos adversaires ou des gens qui sont peu recommandables, et ce ne sont pas les seuls", affirme l'ancien ministre.

Les investissements par milliards mené par les Qataris depuis des années en France laissent penser que l'Hexagone ne peut pas s'en passer et que cela régit les relations diplomatiques des deux pays. "Nous vendons aussi des armes à l'Arabie saoudite, alors pourquoi l'un et pas l'autre ?, rétorque Bernard Kouchner. Il y avait des nécessités qui étaient des nécessités pétrolières. Les beaux esprits qui disent qu'il faut rompre les relations diplomatiques ont besoin de pétrole pour leur voiture. Ne soyons pas hypocrites."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/