2 min de lecture Front national

Jura : un maire exclu de la CFDT après s'être rallié au FN

La CFDT a radié un maire d'un village du Jura qui s'est rallié au FN, car le parti est "en opposition avec (ses) valeurs"

Un meeting du Front national à Marseille le 15 septembre 2013 (illustration).
Un meeting du Front national à Marseille le 15 septembre 2013 (illustration). Crédit : AFP / BERTRAND LANGLOIS
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Entre le Front national et la CFDT, aucune union n'est possible semble-t-il. Le maire d'un petit village du Jura a été radié de la CFDT chimie-énergie, mardi, en raison de sa candidature aux élections départementales de mars sous l'étiquette FN, a-t-on appris ce vendredi 20 février auprès du syndicat.

Stéphane Montrelay, maire sans étiquette de Rans - un village de 500 habitants situé entre Dole et Besançon - a été radié mardi à l'issue d'un conseil syndical extraordinaire, a indiqué la CFDT, estimant que "le Front national est en opposition avec (ses) valeurs".

Si j'avais adhéré à un autre parti, ça n'aurait pas posé de problème. C'est totalement discriminant

Stéphane Montrelay, maire de Rans
Partager la citation

"La CFDT ne me reproche pas d'avoir mal fait mon travail au sein du syndicat, mais uniquement mon engagement politique avec le Rassemblement Bleu Marine", note l'édile, qui est également délégué CFDT du personnel et membre du CHSCT de l'usine chimique Solvay à Tavaux (Jura).

Stéphane Montrelay, 38 ans, a rejoint le Front national en décembre et a été investi candidat du Rassemblement Bleu Marine dans le canton de Mont-sous-Vaudrey (Jura), pour les départementales de mars prochain. "Si j'avais adhéré à un autre parti, ça n'aurait pas posé de problème. C'est totalement discriminant", estime le maire." Le Front national n'est pas un parti politique interdit en France. Si on commence à exclure les gens car ils n'ont pas les mêmes idées politiques, on est loin des droits de l'homme" ajoute l'élu qui envisage de déposer plainte.

Le FN "un parti pas comme les autres" selon la CFDT

À lire aussi
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, pour son discours de rentrée à Hénin Beaumont (Pas-de-Calais) dimanche 8 septembre Rassemblement national
2022 : Le Pen ne veut pas laisser Macron "faire campagne tout seul"

La CFDT souligne au contraire que ses statuts interdisent à ses membres ayant des mandats représentatifs importants de se présenter à une élection. En juillet dernier, le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, avait appelé à combattre le Front national, un parti selon lui "pas comme les autres", et qui "prône le rejet de l'autre, la xénophobie, le racisme même parfois".

Ce n'est pas la première fois que la CFDT exclut de ses rangs des adhérents pour cause d'adhésion au FN
: en mars dernier, une telle mesure avait frappé un candidat figurant sur la liste Front national aux municipales à Péronne (Somme), et en 2011 elle avait concerné un candidat FN aux cantonales en Moselle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Élections départementales CFDT
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants