1 min de lecture Affaire Cahuzac

Jérôme Cahuzac raconte ce soir où il a décidé d'en finir "radicalement"

RÉCIT - Au troisième jour du procès en appel, Jérôme Cahuzac est revenu sur ses quatre mois de mensonges et plus particulièrement sur un "vendredi soir" où il "décide d'en finir radicalement".

Jérôme Cahuzac, lors de son procès en appel, le 12 février 2018
Jérôme Cahuzac, lors de son procès en appel, le 12 février 2018 Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une journée centrée sur la personnalité de Jérôme Cahuzac et le "mélange des genres", pour reprendre les mots du président de séance Dominique Pauthe. L'ancien ministre délégué au Budget a été interrogé sur l'enchaînement des événements, à partir du moment où Mediapart le contacte pour son compte à l'étranger. 

Le 4 décembre 2012, il rencontre le journaliste Fabrice Arfi qui l'informe de l'enquête à paraître sur le site d'investigation. "L'entretien est extrêmement désagréable", raconte Jérôme Cahuzac qui confie ressentir la "peur", un "sentiment qu'il connait bien". "Je ne sais pas quoi faire. Je sais que c'est grave. je mesure ce qui va se produire. Si ça éclate, la vie que j'ai construite va être détruite". Le prévenu raconte un épisode qui intervient au bout de quatre mois de mensonges.

Pour la première fois en 4 mois, je dors très bien

Jérôme Cahuzac
Partager la citation

"Trois possibilités s'offrent à moi : avouer, continuer à nier - je n'en peux plus - et en finir avec la vie. Un soir, je décide d'en finir radicalement. Je ne le fais pas ce soir-là, car il y a deux enfants dans l'appartement. Je décide de le faire le lendemain à l'hôtel, déclare-t-il. Et pour la première fois en quatre mois, je dors très bien, dix heures d'affilée". Lors de son procès en première instance, l'ancien ministre délégué au Budget avait déjà abordé cette scène. 

À lire aussi
Jérôme Cahuzac et son avocat Éric Dupond-Moretti le 12 février 2018 justice
Cahuzac condamné : Dupond-Moretti salue sur RTL une "décision équilibrée"

Ce mercredi 14 février, le récit fait par Jérôme Cahuzac ne s'arrête pas là. Le lendemain matin, "mon fils passe par hasard (...) Il me demande 'est-ce que à 23 ans, tu avais encore besoin de ton père ?' Je lui réponds 'oui'. Il a compris et me dit 'ça va être un désastre papa'. Cette solution qui aurait arrangé tout le monde est écartée, je décide d'avouer", dit-il d'une voix basse. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Cahuzac Jérôme Cahuzac Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792258910
Jérôme Cahuzac raconte ce soir où il a décidé d'en finir "radicalement"
Jérôme Cahuzac raconte ce soir où il a décidé d'en finir "radicalement"
RÉCIT - Au troisième jour du procès en appel, Jérôme Cahuzac est revenu sur ses quatre mois de mensonges et plus particulièrement sur un "vendredi soir" où il "décide d'en finir radicalement".
https://www.rtl.fr/actu/politique/jerome-cahuzac-raconte-ce-soir-ou-il-a-decide-d-en-finir-radicalement-7792258910
2018-02-14 14:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3r8o02Dmc2-Jfqg7rHAQXA/330v220-2/online/image/2018/0214/7792258999_jerome-cahuzac-lors-de-son-proces-en-appel-le-12-fevrier-2018.jpg