1 min de lecture Info

À Bruxelles, Hollande réclame une inflexion à gauche

François Hollande a justifié ses réformes auprès des députés socialistes frondeurs réclamant une inflexion à gauche après le débâcle de la majorité aux Européennes.

François Hollande le 27 mai 2014.
François Hollande le 27 mai 2014. Crédit : JOHN THYS / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

François Hollande a répondu ce mardi 27 mai aux députés socialistes frondeurs réclamant une inflexion à gauche après le débâcle de la majorité aux Européennes en justifiant ses réformes et en soulignant que "la France ne peut "pas vivre avec une dette aussi lourde".

"Il faut entendre les électeurs et les élus" mais "il faut leur parler aussi en vérité, en sincérité, en responsabilité", a affirmé Hollande lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles.

"Nous ne pouvons pas vivre avec une dette aussi lourde"

"Des délais nous en avons eu, des assouplissements, il y en a eu aussi", a-t-il souligné faisant référence au report accordé à la France par Bruxelles pour réduire ses déficits. "Mais, a-t-il ajouté, nous ne pouvons pas vivre avec une dette aussi lourde, avec des déficits qui se sont accumulé depuis des années".

"Est-ce que j'aurais pu faire en 2012 comme mes prédécesseurs : dire on laisse filer, la dette va encore s'alourdir, on va pouvoir distribuer un argent qu'on n'a pas? non", a répondu le chef de l'Etat.

Nous devons mener des réformes (...) par rapport à nous-mêmes

François Hollande
Partager la citation
À lire aussi
insolite
Quelle est la différence entre viande blanche et viande rouge ?

"Aujourd'hui, nous devons mener des réformes non pas par rapport à l'euro mais par rapport à nous-mêmes", a-t-il aussi estimé. Les réformes pour "favoriser l'embauche et éviter les licenciements, nous les faisons, ce n'est pas l'Europe qui nous le demande", "les réformes pour le financement de notre économie, le renforcement de notre industrie nous les faisons dans notre intérêt, pas pour l'Europe", a-t-il énuméré.

C'est trop facile de dire que c'est à cause de l'Europe

"Moi je ne suis pas pour me défausser. C'est trop facile de dire que c'est à cause de l'Europe", a assuré également Hollande. Il a plaidé avoir fait "des choix pour que la France soit plus compétitive, soit plus préparée aux défis de demain et également soit plus juste dans ses décisions".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info François Hollande Parti socialiste
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants