1 min de lecture Harcèlement

Harcèlement sexuel : Schiappa propose une "cellule de signalement" au sein de LaREM

VU DANS LA PRESSE - La secrétaire d'État a présenté lundi 6 janvier le "protocole" qu'elle souhaite instaurer au sein du parti de la majorité.

Marlène Schiappa à l'Élysée le 30 mai 2018
Marlène Schiappa à l'Élysée le 30 mai 2018 Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Maxime Magnier et AFP

Marlène Schiappa est mobilisée pour "protéger les femmes dans leur engagement politique". Lundi 6 janvier au soir, lors du bureau exécutif de La République en marche, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a présenté la "cellule de signalement" qu'elle veut mettre en place au sein du parti.

"Aucun autre parti politique ne dispose d’une cellule de signalement de lutte contre le harcèlement sexuel", souligne-t-elle pour Le Figaro. D'après elle, "il est impératif de protéger les femmes dans leur engagement politique. Parfois, les frontières entre la vie politique et la vie privée sont ténues, et il y a plus d’hommes aux postes de pouvoir, ce qui peut exposer les femmes à des situations de vulnérabilité".

Dès lors, "ce dispositif d’alerte permettra de sécuriser juridiquement et d’assurer une confidentialité aux lanceurs d’alertes", affirme la ministre. Dans les faits, le système fonctionnera sous la forme d'une plateforme en ligne à laquelle auront accès les salariés de LaREM, mais aussi les bénévoles, référents, et tous les adhérents du parti.

Quelques dizaines de cas remontés

"Dès qu’un cas est communiqué, le prestataire extérieur qui a développé la plateforme et l’équipe du mouvement pourront orienter la personne vers des associations et, si cela est nécessaire, l’accompagner pour se tourner vers la justice", détaille Marlène Schiappa.

À lire aussi
Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale le 27 mars 2019 Marlène Schiappa
Harcèlement de rue : près de 1300 amendes ont été dressées depuis août 2018, selon Schiappa

Jusqu'à présent, c'est à la secrétaire d'État elle-même qu'étaient transmis les signalements de harcèlement sexuel. "Quelques dizaines de cas m’ont été remontés directement. Cela va d’un militant qui veut agir face à des propos sexistes contre les femmes de son comité, à une femme qui évoque un comportement inacceptable d’un responsable", explique-t-elle. 

Et de conclure : "Désormais, on se donne les moyens de lutter contre le harcèlement sexuel."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement La République En Marche Marlène Schiappa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants