2 min de lecture François Hollande

François Hollande plaide pour une "France forte"

Le président de la République estime que la France "doit faire entendre sa voix" sur la scène internationale.

François Hollande à Paris, lors de l'hommage à Jean Jaurès, le 31 juillet 2014.
François Hollande à Paris, lors de l'hommage à Jean Jaurès, le 31 juillet 2014. Crédit : YOAN VALAT / POOL / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

A l'approche d'une pause estivale de dix jours, le président François Hollande poursuit les commémorations du centenaire du déclenchement de la Première guerre mondiale. Dans une tribune destinée à la presse régionale oubliée vendredi 1er août, il a prôné une France "forte" en mesure de "peser sur le destin du monde" faisant un parallèle entre les conflits d'aujourd'hui -l'Ukraine, la Syrie ou Gaza- et la Grande guerre.

"La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, doit faire entendre sa voix", écrit le chef de l'Etat dans cette tribune destinée à la presse quotidienne régionale, soulignant que "c'est en étant elle-même forte qu'elle pèsera sur le destin du monde".

C'est pourquoi, cent ans après, face à l'intolérance, l'injustice et l'inacceptable, nous devons toujours nous mobiliser. Pour la Paix, pour l'Europe, pour la France

François Hollande
Partager la citation

"C'est pourquoi, cent ans après, face à l'intolérance, l'injustice et l'inacceptable, nous devons toujours nous mobiliser. Pour la Paix, pour l'Europe, pour la France", enchaîne-t-il.

François Hollande évoque les "menaces" qui pèsent sur le monde aujourd'hui, en Ukraine, en Syrie, en Irak, en Afrique ou à Gaza où "des victimes civiles, par centaines, paient le prix d'un conflit qui n'en finit pas".

Jean Jaurès, celui qui depuis des mois portait la voix de la paix

François Hollande
Partager la citation

Le samedi 1er août 1914, rappelle-t-il, "la France décrétait la mobilisation générale" de 3,8 millions d'hommes, le jour même où "à la une des journaux, s'affichait la nouvelle de la mort de Jean Jaurès, celui qui depuis des mois portait la voix de la paix".

"Plus rien ne semblait pouvoir entraver la marche inexorable du continent vers l'abîme" avec une guerre qui "devait être rapide et limitée" et "fut longue et mondiale", ôtant "la vie à plus d'un million et demi de personnes" en France.

Le courage "inouï" des Poilus

"Nous pouvons mesurer l'horreur de ce conflit et les terribles conditions de vie de ses soldats jetés sous la mitraille ou tassés dans les tranchées", poursuit-il, saluant leur "courage inouï".

Avant une pause estivale de dix jours, le président Hollande se rendra encore dimanche et lundi en Alsace et à Liège pour des commémorations du centenaire du déclenchement de la guerre de 14-18.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande France Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants