1 min de lecture Espionnage américain

Espionnage américain : sous le toit de l'ambassade américaine à Paris, les grandes oreilles de la NSA

Le toit de l'ambassade américaine à Paris abrite un centre d'espionnage des télécommunications, qui pourrait avoir servi à écouter les conversations téléphoniques des trois derniers présidents français.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Espionnage américain : sous le toit de l'ambassade américaine à Paris, les grandes oreilles de la NSA Crédit Image : AFP | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date : La page de l'émission
Damien Delseny et Benjamin Hue

La révélation de WikiLeaks, Libération et Médiapart du scandale de la surveillance des communications de trois chefs de l'État français entre 2006 et 2012 met en lumière le système d'espionnage ultra-perfectionné installé depuis une dizaine d'année par les services du renseignement américain en plein cœur de Paris. À quelques dizaines de mètres de l'Élysée, sous d'immenses bâches en trompe-l’œil, le dernier étage de l'ambassade américaine, place de la Concorde, abrite les oreilles de la NSA et de la CIA. L'information avait été révélée en 2013 par un blogueur spécialisé dans le renseignement, rappelle Libération.

Un quartier idéal

Au sein de cette unité spéciale, commune aux deux agences américaines du renseignement, les hommes du Special Collection services (SCS) ne sont pas là pour admirer la vue. Enfermés dans une pièce sans fenêtre, celles qui sont visibles sur la tente sont dessinées, et au milieu d'une forêt de câbles, ces agents ont pour mission de faire du renseignement électro-magnétique. Il s'agit ici d'aspirer les communications téléphoniques ou informatiques qui transitent dans les secteurs. Avec l'Élysée, le ministère de l'Intérieur, le quai d'Orsay et l'Assemblée nationale, de l'autre côté de la Seine, le quartier est propice.

80 sites à travers le monde

Pour ce service spécialisé dans les missions dites impossibles depuis sa création dans les années 1960, le matériel utilisé est bien sûr classé top secret et transite souvent par valise diplomatique. Les antennes sont parfois dissimulées derrière des grilles de climatiseurs installés sur les toits. Paris n'est pas la seule concernée. Près de 80 sites sont recensés dans le monde. Selon des documents de WikiLeaks, 19 ambassades en Europe, en Allemagne, en Italie ou encore en Suisse, abritent ces curieux et très indiscrets locataires du SCS, ceux que l'on surnomme "les hommes du dernier étages".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espionnage américain États-Unis NSA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants