1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron : les coulisses de son interview au "Point"
1 min de lecture

Emmanuel Macron : les coulisses de son interview au "Point"

REPLAY - Sébastien Le Fol, directeur de la rédaction du Point, évoque détails et moments uniques de l'entretien qu'il a mené avec le président de la République.

Emmanuel Macron, le 27 juillet 2017
Emmanuel Macron, le 27 juillet 2017
Crédit : Blondet Eliot-POOL/SIPA
Emmanuel Macron : les coulisses de son interview au "Point"
08:04
Emmanuel Macron : les coulisses de son entretien au Point
08:15
Benjamin Pietrapiana & Christophe Pacaud & Agnès Bonfillon

De l'international au terrorisme, en passant par l'économie et l'exercice du pouvoir, Emmanuel Macron a donné une très longue interview à l'hebdomadaire Le Point. Une interview fleuve, hors norme. 2h30 d'entretien, 22 pages, avec les photos, disponible ce jeudi 31 août dans les kiosques.

"On avait proposé à Emmanuel Macron, un entretien de fond, sur les grandes questions et sa vision. On voulait savoir ce qu'il avait dans la tête et dans le ventre", explique Sébastien Le Fol, directeur de la rédaction du Point. En plus des thématiques abordées, une dimension personnelle est préservée : en somme, c'est un carnet de bord.

Cet entretien est le fruit d'une idée survenue au début de l'été. La prise de contact a commencé au début du mois de juillet. Le journaliste assure aussi que l'idée est née avant les premiers sondages négatifs qui ont vu Emmanuel Macron chuter dans l'opinion des Français.

"Il y avait une brûlure encore très vive"

Le rendez-vous a été fixé durant le mois d'août. "À son retour de vacances, le mercredi 23 août au matin, juste avant son départ pour sa tournée européenne en Bulgarie et en Roumanie", précise Sébastien Le Fol qui souligne également la différence de "contexte politico-sondagier" entre celui d'alors et celui de la rentrée.

À lire aussi

Lors de l'entretien, un moment a particulièrement marqué le journaliste. Quand Emmanuel Macron revient sur l'épisode de la Rotonde, qui reste manifestement dans ses mauvais souvenirs : le traitement que lui ont réservé les journalistes au lendemain de cette épisode lui a paru injuste

"À deux reprises il a posé la main sur la nuque. On sentait que le corps parlait. On sentait qu'il y avait une brûlure encore très vive", décrit Sébastien Le Fol. Mais sans colère, ni crispation, le président est avant tout paru très concentré, selon le journaliste qui précise avec importance : "L'entretien a été mené à un galop d'enfer. Il n'y a eu qu'un seul temps mort : quand on lui a posé la question sur ce que François Hollande venait de déclarer".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/