2 min de lecture Écotaxe

Écotaxe : "Les choses se feront en juin", selon Ségolène Royal

Les décisions gouvernementales sur l'avenir de l'écotaxe seront prises "au mois de juin", a déclaré la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

Ségolène Royal, à l'Elysée le 23 avril 2014.
Ségolène Royal, à l'Elysée le 23 avril 2014.
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie, a annoncé ce mercredi 30 avril que la question de l'écotaxe serait résolue en juin

"On va attendre les rapports des commissions, et au mois de juin, les choses se feront", a déclaré Ségolène Royal devant la mission d'information de l'Assemblée nationale chargée de faire des propositions pour l'avenir de l'écotaxe, ou, au contraire, son abandon.

Royal espère une "solution consensuelle" sur l'écotaxe

La ministre a ajouté : "Et j'espère qu'on va pouvoir faire émerger une solution consensuelle qui remettra toutes les forces vives en mouvement pour que nous puissions commencer très rapidement les appels d'offre sur les grandes infrastructures que notre pays attend".

Le rapport de la mission de l'Assemblée doit être remis le 15 mai tandis que le 27 mai sera remis celui de la commission d'enquête du Sénat sur le contrat avec Ecomouv', la société chargée de la collecte de cette taxe.

À lire aussi
Un avion XL Airways (illustration) impôts
Écotaxe sur les billets d'avion : un nouvel impôt ?

Dès sa nomination au gouvernement, Ségolène Royal a clairement annoncé son intention de "remettre à plat" cette taxe, suspendue en octobre par le gouvernement sous la pression de manifestations en Bretagne. L'écotaxe devait rapporter plus de 800 millions d'euros par an à l'État pour notamment financer des infrastructures de transports durables.

Possibilité de créer une "eurovignette" aux frontières

Après avoir évoqué la possibilité de taxer les camions étrangers traversant le territoire français, la ministre a annoncé mardi, lors d'une audition devant la commission d'enquête du Sénat, qu'elle envisageait de mettre à contribution les sociétés d'autoroute. "On est en train d'inventer avec les portiques Ecomouv ce qui existe déjà sur les autoroutes. Ces autoroutes font un bénéfice de deux milliards (...). On a déjà deux milliards. Quand on cherche un milliard pour faire les travaux (...), on a réglé le problème" en en prélevant une partie, a déclaré la ministre lors de son audition ce mercredi.

A ces fonds, elle a précisé vouloir ajouter "l'eurovignette aux frontières avec un péage de transit" et également obliger les camions qui roulent sur des nationales, doublées d'une autoroute, à se déporter sur cette dernière. "Donc, on va augmenter le chiffre d'affaires des autoroutes, donc on est en légitimité de récupérer ce chiffre d'affaires pour faire des travaux", a-t-elle ajouté.

Ségolène Royal a insisté sur le fait qu'elle voulait que ces "perspectives" se fassent sur "un plan contractuel et consensuel". "L'idée serait de trouver un système gagnant-gagnant", a-t-elle dit, soulignant que "les actionnaires des autoroutes sont les grandes entreprises de travaux publics, qui vont être les bénéficiaires des travaux que l'on va engager avec ces bénéfices".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écotaxe Ségolène Royal Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants