1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déchéance de la nationalité : Éric Ciotti ne votera pas la réforme constitutionnelle
1 min de lecture

Déchéance de la nationalité : Éric Ciotti ne votera pas la réforme constitutionnelle

Info RTL REPLAY / INFO RTL - La droite s'insurge après la volte-face annoncée par Christiane Taubira au sujet de cette promesse faite par François Hollande au Congrès de Versailles.

Le député Les Républicains Éric Ciotti
Le député Les Républicains Éric Ciotti
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Déchéance de la nationalité : Éric Ciotti ne votera pas la révision de la Constituion
01:45
Benjamin Sportouch & Julien Absalon

La déchéance de la nationalité pour les terroristes bi-nationaux nés Français ne figurera pas dans le projet de réforme constitutionnelle. Christiane Taubira a fait cette annonce à la veille de la présentation du texte qui aura lieu mercredi 23 décembre lors du Conseil des ministres. La réforme, désormais dépourvue de cette promesse faite trois jours après les attentats du 13 novembre lors du Congrès à Versailles, devra donc être approuvé par les 3/5e des parlementaires. Une majorité loin d'être acquise car la droite est déjà vent debout après cette volte-face sur le sujet dont elle en avait fait un symbole.

Éric Ciotti annonce ainsi sur RTL qu'il ne votera pas cette modification de la Constitution. "Je ne vois plus l'intérêt de la réforme constitutionnelle. Ce n'est plus qu'un piège politicien tendu par Monsieur Hollande. C'est une manœuvre et une ficelle grossière. Personnellement, je ne voterai pas cette réforme en l'état", lance le député LR des Alpes-Maritimes. 

Un proche de Sarkozy parle d'une "entourloupe"

Selon lui, cette mesure de déchéance de nationalité constituait une "mesure de fermeté de la République contre le terrorisme". Il estime que ce "message clair et simple auquel l'immense majorité des Français adhère" permettait d'envoyer un signal indiquant "qu'on n'attaque pas la France impunément". De l'avis d'Éric Ciotti, ce recul de François Hollande "aura des conséquences sur la crédibilité de la parole française". Un proche de Nicolas Sarkozy parle quant à lui "d'entourloupe" du président de la République.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/