3 min de lecture Primaire Les Républicains

Copé et le pain au chocolat, une histoire qui n'a jamais vraiment fonctionné

ÉCLAIRAGE - Trois ans après la polémique sur le pain au chocolat, Jean-François Copé y fait de nouveau face et estime que cette viennoiserie coûte entre 10 et 15 centimes.

>
Copé, NKM, El Khomri... Ils se sont fait piéger sur des questions "simples" Crédit Image : KONRAD K/SIPA | Crédit Média : Maxime Carignano / RTL | Date :
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Combien coûte un pain au chocolat ?" La question peut paraître anodine mais elle a tout son sens quand elle est posée à Jean-François Copé. Le candidat à la primaire de la droite et du centre n'a "aucune idée" du prix du pain au chocolat, comme il le confie à Europe 1 : "Ça dépend des tailles. Ça doit être aux alentours de 10 ou 15 centimes d'euros. Je ne vais pas en acheter très souvent, c'est calorique". 

L'ancien président de l'UMP s'amuse de la question : "Ça me fait plaisir parce que si on ne m'avait pas parlé de pain au chocolat, je l'aurais fait moi-même (...) Il y a des endroits où ça s'appelle des pains au chocolat et d'autres où ce sont des chocolatines. Comme je suis en campagne électorale, je ne voudrais pas que ceux qui habitent dans les régions à chocolatine pensent que je les ai oubliés". Jean-François Copé ne semble pas étonné de ne pas connaître le prix d'un pain au chocolat et s'explique sur Twitter : "J'avoue être très soucieux de ma ligne... Donc pour dire vrai j'ai arrêté les 'chocolatines' depuis longtemps !". 

Une affaire qui remonte à 2013

Jean-François Copé cultive donc une longue histoire avec les pains au chocolat. Tout commence en 2013 alors que le candidat à la présidence de l'UMP prononce un discours à Draguignan. Il raconte le cas d'un jeune homme qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous sous prétexte qu'on ne mange pas pendant le ramadan". Il poursuit son intervention et ajoute : "Il y a des familles de France qui vivent en silence leur souffrance et à qui personne ne parle jamais autrement qu'en les stigmatisant et en les traitant de tous les noms au point qu'ils sont obligés de baisser la tête et de partir s'il le peuvent le plus loin possible alors qu'ils sont citoyens de la République française".

À lire aussi
Frédéric Lefebvre, en septembre 2016 Les Républicains
"Un soupçon de tricherie" plane sur la primaire LR, pour Frédéric Lefebvre

L'affaire prend de l'ampleur et le Conseil français du culte musulman (CFCM) annonce qu'il compte déposer plainte, quelques jours après la sortie polémique. Il juge ainsi que ses propos alimentent "l'islamophobie". Une rencontre sera organisée entre le CFCM et le candidat à la présidence de l'UMP et aboutira au retrait de la plainte. Cependant, celui qui incarne la "droite décomplexée" va relancer l'affaire en déclarant, à l'antenne de RTL, n'avoir "présenté aucune excuse parce que pour présenter des excuses, il faut considérer que l'on a commis une faute et ce n'est pas mon cas".

Un débat qu'il se plaît à relancer

Trois ans plus tard, en 2015, Jean-François Copé ne regrette rien. Il va même jusqu'à expliquer avoir promu "un produit boulanger", avec "cette formule vraie", selon une information du Point. En janvier 2016, il campe sur ses positions et confirme que ce sujet "nous renvoie à une question très très grave qui est celle de savoir si on peut continuer à résoudre les problèmes sans nommer les choses. Sur le terrain (...) il y a des gens qui instrumentalisent la religion, la caricaturent à des fins de violence (...) l'idée était vraie mais l'image a tué l'idée", déclare-t-il sur LCP.

Le pain au chocolat semble continuer à suivre Jean-François Copé, qui recase lui-même le sujet dans ses interventions. Lors du premier débat de la primaire de la droite et du centre le 13 octobre dernier sur RTL et TF1, le candidat rappelle : "Quand j'ai parlé de cette histoire de pain au chocolat, dans ma propre famille politique, on me parlait avec une pince à sucre, tellement c'était cauchemardesque d'évoquer ça". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Jean-François Copé Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785421951
Copé et le pain au chocolat, une histoire qui n'a jamais vraiment fonctionné
Copé et le pain au chocolat, une histoire qui n'a jamais vraiment fonctionné
ÉCLAIRAGE - Trois ans après la polémique sur le pain au chocolat, Jean-François Copé y fait de nouveau face et estime que cette viennoiserie coûte entre 10 et 15 centimes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/cope-et-le-pain-au-chocolat-une-histoire-qui-n-a-jamais-vraiment-fonctionne-7785421951
2016-10-24 13:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Sq6OF51hfXA0vcKQ4fqjLQ/330v220-2/online/image/2016/1024/7785424245_jean-francois-cope-le-19-octobre-2016.jpg