1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Christiane Taubira est "prête" à recevoir les policiers en colère
2 min de lecture

Christiane Taubira est "prête" à recevoir les policiers en colère

REPLAY - REPLAY / INVITÉE RTL - Les syndicats de policier ont appelé à un grand rassemblement mercredi 14 octobre après l'hospitalisation d'un officier de la BAC en Seine-Saint-Denis, grièvement blessé au cours d'un fusillade.

Christiane Taubira, invitée de RTL, le 12 octobre 2015
Christiane Taubira, invitée de RTL, le 12 octobre 2015
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
Christiane Taubira est "prête" à recevoir les policiers en colère
09:24
Christiane Taubira : "Un policier se bat encore pour la vie", c'est une "situation douloureuse"
00:52
Christiane Taubira : "Quand il y a eu le débat sur la réforme pénale, l'UMP n'était pas dans l'hémicycle, il y avait trois députés"
00:22
Christiane Taubira est "prête" à recevoir les policiers en colère
09:33
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Une semaine après la fusillade au cours de laquelle un officier de la BAC a été grièvement blessé par un détenu en cavale en Seine-Saint-Denis, les syndicats de police ne décolèrent pas. Avec les permissions de sortie dans le collimateur, les principaux syndicats de police ont appelé à un grand rassemblement mercredi 14 octobre. "Si ils demandent à être reçus, ils le seront", assure Christiane Taubira.

La ministre de la Justice affirme "comprendre l'émotion et la douleur" des collègues de l'officier de 36 ans blessé lundi 5 octobre : "C'est un situation douloureuse, parce qu'il y a un policier qui se bat pour la vie." Relancée pour savoir si elle comptait recevoir en personne les représentants des syndicats de police, la garde des Sceaux louvoie : "Si c'est nécessaire, bien entendu. Ceci étant, ils ont des relations avec mon cabinet et ils n'ont aucune difficulté."

Remise en cause des permissions de sortie

Le texte de 2004, encadrant les permissions de sortie accordées aux détenus, a fait "l'objet de circulaires et de décrets qui ont introduit de la confusion" selon Christian Taubira. La ministre de la Justice a souligné que le Juge d'application des peines (JAP), qui accorde les permissions de sortie, devait être pleinement informé.

J'ai pris des dispositions pour que nous travaillions sur les textes de 2004 à 2008, pour les clarifier et éviter toute confusion.

Christiane Taubira

Le profil de tireur de la fusillade du 5 octobre dernier a alimenté le débat. Condamné à de multiples reprises, il faisait l'objet d'une fiche S émise par la DGSI pour avoir côtoyé des détenus radicalisés, avant de s'évader de la prison de Réau (Seine-et-Marne) au cours d'une permission de sortie accordée pour se rendre aux obsèques de son père. "J'ai pris des dispositions pour que nous travaillions sur les textes de 2004 à 2008, pour les clarifier et éviter toute confusion, et que pour le circuit d’information du juge soit opérationnel et performant.", annonce Christiane Taubira.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/