1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Caroline Fourest tacle Sandrine Rousseau : "La carte victimaire nous tire vers le bas"
1 min de lecture

Caroline Fourest tacle Sandrine Rousseau : "La carte victimaire nous tire vers le bas"

INVITÉE RTL - La chroniqueuse s'est montré sévère à l'encontre de l'ancienne candidate à la primaire écologiste, battue de peu par Yannick Jadot au second tour.

Caroline Fourest au micro de RTL
Caroline Fourest au micro de RTL
Crédit : RTL
Caroline Fourest tacle Sandrine Rousseau : "La carte victimaire nous tire vers le bas"
07:05
Caroline Fourest tacle Sandrine Rousseau : "La carte victimaire nous tire vers le bas"
07:05
Anaïs Bouton - édité par Victor Goury-Laffont

Caroline Fourest est "heureuse" que Yannick Jadot ait remporté la primaire écologiste et ne mâche pas ses mots à l'encontre de celle qui n'est pas passée loin de la victoire : Sandrine Rousseau. Selon elle, l'économiste joue "une carte victimaire" qui "tire tout le monde vers le bas". "À chaque fois que Sandrine Rousseau parle ou tweet, on ne sait jamais si c'est le compte parodique ou si c'est la vraie", lance-t-elle

Pierre Arditi, qui a choisi d'inviter Caroline Fourest au Journal Inattendu de RTL, a interrogé la chroniqueuse sur les propos de l'ex-candidate, qui avait expliqué vivre avec "un homme déconstruit". "Un homme déconstruit, c'est se déshabituer de mécanismes de domination qu'on a intériorisé", explique-t-elle, décrivant "une tradition féministe".

Mais selon elle, ces propos n'ont "plus aucun sens" du fait de leur "locutrice", à savoir Sandrine Rousseau. Elle lui reproche d'avoir, dans une déclaration, "placé la raison du côté des hommes", et avance que la femme politique avait fait "l'inverse du féminisme" lorsque "des membres de son équipe" auraient demandé à Yannick Jadot de se retirer, car il était un homme. 

Une demande attribuée à Alice Coffin, soutien de Sandrine Rousseau. L'intéressée avait ensuite expliqué sur BFMTV qu'elle ne souhaitait "pas du tout qu'un homme se retire au profit d'une femme", mais simplement que "les hommes qui se disent féministes" devait chercher à rééquilibrer un terrain politique "inégalitaire".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/