2 min de lecture Front national

Candidats à leur insu en Seine-Maritime : le FN contre-attaque

La préfecture de Seine-Maritime a annoncé que 32 personnes dans quatre communes affirment avoir été flouées par le FN.

Marine Le Pen, présidente du Front national, le 22 février 2014 à Tarascon
Marine Le Pen, présidente du Front national, le 22 février 2014 à Tarascon Crédit : AFP / PASCAL GUYOT
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Front national a contre-attaqué mardi 11 mars dans l'affaire des habitants de Seine-Maritime inscrits malgré eux sur ses listes, en déposant plainte pour "manœuvres frauduleuses" à moins de deux semaines des municipales.

Les faits tels que rapportés par le FN concernant Le Grand-Quevilly, près de Rouen, ont toutefois été contredits par un habitant de cette commune, à l'origine de l'affaire. Le FN a publié un communiqué et le texte de la plainte déposée auprès du procureur de Rouen par ses têtes de liste à Elbeuf et au Grand-Quevilly, Nicolas Bay et Pascal Bignaux. En fin de matinée mardi, le procureur Jean-François Bonhert a indiqué qu'il n'était pas encore en possession de la plainte. 

La plainte est déposée au titre de l'article L.116 du code pénal concernant des "manœuvres frauduleuses visant à altérer la sincérité du scrutin". Selon le FN, Jean-Pierre Verdeaux, "un proche de la municipalité PS" du Grand-Quevilly, ville dont Laurent Fabius a été le maire, "a infiltré la liste en signant lui-même un formulaire de candidature avant d'inciter les colistiers à se retirer, alors même qu'il ne pouvait pas avoir connaissance de l'identité des autres candidats, autrement que, frauduleusement, par la mairie".

Les intéressés démentent être en liaison avec le PS

S'agissant d'Elbeuf, le FN accuse le maire socialiste, Djoudé Mérabet, d'avoir "démarché individuellement à domicile" des personnes inscrites sur la liste Bleu Marine et de leur avoir fourni "un modèle-type de document de retrait de candidature". La préfecture de Seine-Maritime avait annoncé vendredi que 32 personnes dans quatre communes affirmaient avoir été flouées par le FN. Pour Le Grand-Quevilly, comme il s'agissait d'une majorité (22 "candidats" sur 35), la préfecture a retiré la liste.

À lire aussi
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, pour son discours de rentrée à Hénin Beaumont (Pas-de-Calais) dimanche 8 septembre Rassemblement national
2022 : Le Pen ne veut pas laisser Macron "faire campagne tout seul"

Pour les 10 autres personnes concernées (six à Elbeuf, trois à Harfleur et une à Lillebonne), des plaintes, transmises par la préfecture, ont été déposées auprès du procureur de Rouen. Au Grand-Quevilly, Verdeaux, 60 ans, a catégoriquement démenti avoir "infiltré" le FN et être en liaison avec la mairie. "J'ai été prévenu par un copain au FN qui m'a dit: t'es sur la liste", a-t-il affirmé alors qu'il pensait avoir signé "une pétition".

Il a alors pris contact avec d'autres personnes du voisinage, s'apercevant qu'il n'était pas seul dans son cas et a entrepris des démarches auprès de la préfecture pour porter plainte, a-t-il raconté. Selon lui, "la mairie n'a rien à voir là-dedans".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Front national Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants