1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Aigle Azur : comment l'État compte régler la crise
1 min de lecture

Aigle Azur : comment l'État compte régler la crise

INVITÉ RTL - Jean-Baptiste Djebbari, tout nouveau secrétaire d'État aux Transports a indiqué que des discussions étaient en cours, notamment avec Air France, pour rapatrier les passagers bloqués à l'étranger.

Jean-Baptiste Djebbari, invité de RTL le 6 septembre 2019.
Jean-Baptiste Djebbari, invité de RTL le 6 septembre 2019.
Crédit : RTL /FREDERIC BUKAJLO / SIPA PRESS
Aigle Azur : comment l'État compte régler la crise
02:18
Jean-Baptiste Djebbari était l'invité de RTL vendredi 6 septembre
10:18
SNCF : le successeur de Guillaume Pepy sera connu d'ici "quelques jours", dit Djebbari
01:20
Jean-Baptiste Djebbari était l'invité de RTL vendredi 6 septembre
10:19
Aigle Azur : comment l'État compte régler la crise
02:18
SNCF : le successeur de Guillaume Pepy sera connu d'ici "quelques jours", dit Djebbari
01:21
Alba Ventura & Léa Stassinet

La compagnie aérienne française Aigle Azur, la 2e derrière derrière Air France, a annoncé jeudi 6 septembre l'annulation de tous ses vols à compter de vendredi soir, sans dédommagement dans l'immédiat pour ses clients, et doit trouver un repreneur d'ici à lundi pour ne pas sombrer. 

Une crise important puisque des "milliers de passagers" se retrouvent bloquées à l'étranger, sans solution pour revenir en France, indique sur RTL Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'État aux Transports. "Ils sont essentiellement bloqués en Algérie, plus généralement au Maghreb, et au Mali", poursuit-il. 

"L'État agit de 4 façons" pour résoudre le problème, affirme le secrétaire d'État. "Nous avons gelé les dettes pour préserver l'activité le plus possible, nous devons assurer la sécurité des vols, mais aussi accompagner les projets de reprise et mettre en place un système d'entraide internationale", détaille Jean-Baptiste Djebbari.

Une réunion est prévue ce vendredi avec Air France, pour "évaluer et analyser les solutions" à mettre en place pour rapatrier les passagers bloqués, ajoute le tout nouveau membre du gouvernement. 

À lire aussi

Comment expliquer que la 2e compagnie française se retrouve dans une telle situation ? "Elle a pris des orientations stratégiques qui n'ont pas été payantes", explique Jean-Baptiste Djebbari, "en voulant se diversifier sur le long courrier ou en voulant opérer sur des lignes déjà existantes" via d'autres compagnies bien installées.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/