3 min de lecture Politique

Affaire Bygmalion : la guerre civile couve de nouveau à l'UMP

DÉCRYPTAGE - Soupçonné de favoritisme au profit de Bygmalion, le président du parti d'opposition apparaît de plus en plus contesté.

Jean-François Copé. (archives)
Jean-François Copé. (archives) Crédit : AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

L'étau se resserre autour de Jean-François Copé. Soupçonné de favoritisme au profit de Bygmalion, une agence de communication fondée par l'un de ses proches qui aurait surfacturé l'organisation de meetings à l'UMP, le président du principal parti d'opposition apparaît de plus en plus contesté. 

Alors que plusieurs élus UMP, dont l'ancien trésorier filloniste du parti Dominique Dord, vont être entendus comme témoins par la police à partir de lundi, le député maire de Meaux doit faire face aux doutes exprimés par plusieurs cadres de la rue de Vaugirard, le sommant de faire la transparence sur les comptes du parti.

Les cadres demandent des comptes

Déjà à l'offensive la semaine dernière, Lionel Tardy a tiré le premier en publiant mardi une lettre ouverte à la direction de l'UMP. Une missive assassine dans laquelle le filloniste dénonce "le silence assourdissant du parti" sur les soupçons de fraude dont il fait l'objet depuis le mois de février dernier. "Il est enfin temps pour vous, dès le début juin, d'éclairer les Français, militants et élus UMP. Faute de quoi l'UMP, notre parti, notre bien commun, ne survivra pas", a affirmé l'élu de Haute-Savoie.

"Ceux qui sont sales, tachés, devront rendre des comptes et s'en aller", a embrayé Bernard Debré, un autre filloniste, dans la soirée sur iTélé. Un avertissement repris mercredi matin par Gilles Carrez, président de la commission des fiances de l'Assemblée nationale, qui a estimé sur Europe 1 que Jean-François Copé devait garantir la transparence des comptes de l'UMP "le plus rapidement possible". "Les comptes des partis politiques, c'est comme des comptes publics. C'est de l'argent public, il faut la même transparence", a tonné le député du Val-de-Marne.

Copé promet la transparence au lendemain des européennes

À lire aussi
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 20 novembre 2020 La République En Marche
Producteur passé à tabac à Paris : malaise dans les rangs de la majorité

Invité de l'émission Questions d'info en partenariat avec LCP/France Info/Le Monde/AFP, Jean-François Copé s'est défendu ce mercredi. "Je ne me déroberai pas devant mes responsabilités, bien sûr que j'ai des interrogations", a-t-il affirmé. 

La rédaction vous recommande

Avant de préciser qu'il n'était "absolument pas au fait dans [ses] fonctions de président de la gestion quotidienne de l'UMP dans sa dimension comptable, jamais". Le député maire de Meaux a également promis qu'un "rapport sur le sujet" serait présenté "au bureau politique la semaine prochaine".

Sarkozy à la manœuvre pour reprendre la main sur l'UMP

Officiellement, l'UMP ne se détourne pas de la campagne jusqu'au scrutin. Mais en cas de déconvenue dimanche soir, si le Front national arrive en tête, les ennemis de Jean-François Copé ne devraient pas se faire prier pour décocher leurs flèches.

En coulisses, les grandes manœuvres pourraient bien avoir déjà commencé. Selon des confidences recueillies par Le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy serait à la barre pour piloter une grande lessive à l'UMP. Avec l'appui de l'ancien chef de l'État, Alain Juppé aurait entrepris de convaincre Jean-François Copé de laisser sa place pour apaiser les tensions dans le parti, croit savoir l'hebdomadaire. 

Dans cette perspective, le maire de Bordeaux aurait déjà "rallié à sa cause les "quadras" de l'UMP (Nathalie Kosciusko-Morizet, François Barouin, Valérie Pécresse et Bruno Le Maire)", écrit encore le journal satirique, qui donne même l'identité de celui qui prendrait alors la direction du parti : Jean-Pierre Raffarin - qui s'y plierait par devoir plus que par volonté. Un an et demi après avoir enterré la hache de guerre, l'UMP ne semble plus très loin d'une nouvelle guerre civile.

>
Affaire Bygmalion : la guerre civile couve à nouveau à l'UMP Crédit Média : Dominique Tenza | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande




 

Lire la suite
Politique UMP Jean-François Copé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants