3 min de lecture Justice

Affaire Boulin : entre assassinat politique et suicide jamais accepté par la famille

ÉCLAIRAGE - L'affaire Robert Boulin, concernant la mort du ministre du Travail en 1979, a connu un nouveau rebondissement qui vient alimenter un dossier jamais vraiment refermé.

>
Annonce du décès de Robert Boulin sur "RTL" en 1979 Crédit Image : GEORGES BENDRIHEM / AFP | Crédit Média : Rédaction de RTL | Durée : | Date :
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

C'est une affaire datant de 1979 qui a refait surface le 10 septembre 2015. Robert Boulin, alors ministre du Travail du gouvernement Raymond Barre, est retrouvé mort le 30 octobre 1979 dans un étang de Rambouillet. L'une des affaires les plus retentissantes de l'époque qui a secoué l'actualité des années 80 et qui est régulièrement revenu défrayer la chronique. Alors que la thèse du suicide est évoquée, et reste la version officielle, la famille Boulin n'y a, elle, jamais cru.

En effet, la cause du suicide évoquée à l'époque était une affaire qui poursuivait Robert Boulin depuis plusieurs années concernant l'achat d'un terrain près de Saint-Tropez, à Ramatuelle, dans des conditions douteuses. Une affaire qui aurait bouleversé le ministre et salit son honneur au point de l'amener au suicide par le biais de barbituriques, dans 50 centimètres d'eau. 

Des disparitions étranges

Le suicide était donc la conséquence logique d'un déshonneur public, sa femme déclarant même le jour de sa mort : "L’honnêteté ne paye pas". Une boite en plastique qui aurait pu contenir les comprimés mortels est retrouvée à proximité du cadavre, mais les années suivantes ne font qu'attiser la thèse, sans la prouver, d'un assassinat, voire du complot. Ainsi, en octobre 1980, les prélèvements de sang de Robert Boulin disparaissent à l'institut médico-légal. Il est alors décidé de cadenasser le réfrigérateur contenant le reste des organes du ministre.

En 1983, la veuve du ministre, Colette Boulin, affirme qu'elle a subi des pressions pour qu'elle se taise au moment de la mort, alors qu'elle ne croyait pas à la thèse du suicide. En juin, la famille dépose plainte contre X pour homicide volontaire via son avocat Jacques Vergès. Les témoignages remontent à la surface, à l'image de celui de Bertrand Boulin. À la suite d'une autopsie démontrant que le visage de son père portait des traces de coups, le fils affirme en 1984 avoir vu Robert Boulin sortir des dossier démontrant des collusions entre de grandes entreprises (Elf, Dassault...) et le financement occulte de partis politiques, dont le RPR

À lire aussi
Illustration du Capitole où siège le Congrès Parti démocrate
Destitution de Trump : le procès va-t-il jouer sur la primaire démocrate?

Sur l'antenne de RTL en 1984, Bertrand Boulin affirme qu'"il y a eu bataille, on l'a frappé", concernant les fractures au visage. C'est donc une affaire jamais vraiment refermée pour les défenseurs de la thèse de l'assassinat qui refait surface. En 1987, L'Express révélait que le réfrigérateur contenant des prélèvements et les poumons de Robert Boulin avait été fracturé et vidé de son contenu. La famille ne trouve pas non plus trace des organes prélevés et qui étaient censés être enterrés au cimetière de Thiais, comme la police l'avait indiqué. 

L'ultime témoignage pour prouver l'assassinat ?

Les journalistes restent globalement intrigués par "l'affaire Boulin", si bien qu'un pool de journalistes de plusieurs médias est constitué afin de tenter d'éclaircir les zones d'ombres. La dernière en date était alors relevée par le journaliste James Sarrazin, qui estimait en janvier 1988 que la position des lividités cadavériques sur le dos de Robert Boulin indique que le corps du ministre a été déplacé post mortem.

Malgré les efforts de la famille, la justice ordonne un non-lieu en septembre 1992, ce que confirmeront l'appel et le pourvoit en Cassation. Mais un délai de 10 ans est néanmoins ouvert avant une prescription. Et c'est un reportage de Canal+ qui fera rouvrir le dossier par la justice, qui annonce de nouvelles auditions en 2002. En effet, de nouveaux témoignages y mettent à mal la conclusion du suicide. L'affaire continue d'alimenter des reportages et des questionnements, sans pour autant que la justice ne relance l'enquête. Jusqu'à ce 10 septembre 2015, soit 36 ans plus tard, quand un témoignage fourni par la fille de Robert Boulin fait rouvrir le dossier, pour que "la vérité passe".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Suicide Scandale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants