2 min de lecture Jean-Michel Baylet

Accusé de violences, Jean-Michel Baylet va porter plainte pour diffamation

Jean-Michel Baylet est accusé, notamment par la députée Isabelle Attard, d'avoir violenté une collaboratrice lorsqu'il était sénateur. Cette dernière a co-signé une lettre appelant à sa démission du gouvernement.

Jean-Michel Baylet, en décembre 2012 au Sénat (Archives).
Jean-Michel Baylet, en décembre 2012 au Sénat (Archives). Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Le ministre de l'Aménagement du Territoire, Jean-Michel Baylet, a décidé de porter plainte pour diffamation après des accusations de "violences" contre une ancienne collaboratrice, alors qu'une lettre ouverte co-signée par la députée Isabelle Attard avec des personnalités appelait jeudi 20 octobre à sa démission."Monsieur le président de la République, nous demandons la démission de Jean-Michel Baylet, actuel ministre de l'Aménagement du Territoire. Il a frappé et humilié sa collaboratrice en 2002. Un tel individu n'a pas sa place au gouvernement.

#BayletDémission", écrivent les signataires de cette lettre publiée sur le site de pétition "we sign it". De leur côté les avocats de M. Baylet ont fait savoir mercredi soir, par un communiqué, qu'"à la suite des attaques menées sur internet par Madame Isabelle Attard" à l'encontre du ministre, celui-ci avait chargé ses avocats "d'engager des poursuites en diffamation". "En effet, ces attaques contiennent des propos mensongers, font état d'un témoignage anonyme des plus douteux et accusent Monsieur Jean-Michel Baylet d'avoir menti devant l'Assemblée nationale.

La plainte sera déposée dans les jours qui viennent", indique le communiqué. En plein débat sur le projet de loi montagne, la semaine dernière, Isabelle Attard avait interpellé le ministre dans l'hémicycle en l'accusant d'avoir exercé des violences contre une collaboratrice parlementaire en 2002, alors qu'il était sénateur.

De graves accusations

Cette collaboratrice a déclaré avoir été "frappée au visage, à plusieurs reprises" et "vous avez enfermé votre collaboratrice chez vous", avant de la laisser dans la rue "entièrement dévêtue et pieds nus", avait affirmé la députée. Quand cette affaire est sortie, via le site Buzzfeed en mars 2016, "vous avez choisi le silence" et "vous ne serez jamais condamné, puisque vous avez acheté le silence de votre victime", avait encore accusé Mme Attard.

À lire aussi
Jean-Michel Baylet a été pris à partie par une députée écologiste à l'Assemblée ce mardi 11 octobre 2016. Jean-Michel Baylet
Jean-Michel Baylet pris à partie par une députée au sujet des violences faites aux femmes

L'ancien président du Parti radical de gauche (PRG) lui avait rétorqué calmement que l'affaire avait "été classée sans suite, ce qui prouve, vous l'imaginez, que les choses ne se sont pas passées comme vous le racontez". La lettre ouverte appelant à sa démission a été signée par, outre la députée écologiste du Calvados, une trentaine de premiers signataires, dont Julien Bayou, porte-parole national d'Europe-Écologie-Les-Verts (EELV), l'acteur Sam Karmann ou le député du Morbihan Philippe Noguès (ex-PS). Vendredi midi, la lettre totalisait plus de 3.500 signataires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Michel Baylet Justice Violence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants