2 min de lecture Crise en Grèce

Accord sur la Grèce : la Droite populaire se désolidarise du reste des Républicains

Plusieurs députés du premier parti d'opposition sont prêts à voter contre le texte qui sera débattu à l'Assemblée nationale, ce mercredi 15 juillet, malgré les consignes du président du groupe.

>
Accord sur la Grèce : la Droite populaire se désolidarise du reste des Républicains Crédit Image : PIERRE VERDY / AFP | Crédit Média : Dominique Tenza | Durée : | Date :
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Comme l'avait annoncé Manuel Valls, l’Assemblée Nationale va se prononcer sur l'accord trouvé avec la Grèce, ce mercredi 15 juillet. À droite, le chef de file des Républicains, Christian Jacob, salue un accord qui va "dans le bon sens" tout en critiquant le rôle "relativement mineur" de François Hollande. Il appelle donc son camp à voter pour le texte. Une consigne qui devrait être suivie par une majorité des députés de droite.

Invité de RTL ce matin, Bruno Le Maire fait partie des députés qui voteront en faveur de cet accord. "Oui, je le voterai. Il permet de maintenir la zone euro. Et une sortie de la  Grèce présente des risques économiques et politiques absolument considérables", explique le député de l'Eure, tout en déplorant un accord "pas assez précis" et "fragile".

La Droite populaire prête à voter contre

Plusieurs voix discordantes se sont cependant élevées contre l'accord, en particulier au sein de la Droite Populaire, l'un des principaux courants du parti. Avec plusieurs représentants du mouvement, parmi lesquels les députés Jacques Myard, Nicolas Dhuicq et Philippe Meunie, Thierry Mariani votera contre "un accord coûteux qui ne règle rien". Selon lui, "l'acharnement mis à maintenir la Grèce dans l'euro, quel qu'en soit prix, relève plus du fanatisme idéologique que de la réalité".

Pour Hervé Mariton, interrogé par RTL, l'accord est "une occasion manquée". "Je voterai contre parce que je pense que l'Europe aurait du sortir renforcée de cette crise", a expliqué le député de la Drôme avant d'ajouter que "la position du gouvernement grec manque aujourd'hui d'honnêteté".

À lire aussi
Les drapeaux de la Grèce et de l'Union européenne. Allemagne
En prêtant à la Grèce, l'Allemagne a réalisé plus d'un milliard d'euros de profits

Sur RFI, le député du Val-d'Oise et vice-président de la commission des Affaires étrangères, Alex Poniatowski, a pour sa part indiqué qu'il voterait contre un accord "humiliant et intenable pour la Grèce". "C'est un mauvais accord pour les pays de l’Union européenne puisque c’est la poursuite de la fuite en avant des milliards d’euros qu’on met à la disposition de la Grèce", a-t-il affirmé.


Le député des Yvelines, Henri Guaino, qui a martelé son sentiment de "dégoût" et de "honte" face au "tribunal terrifiant" qui a "humilié et piétiné" la Grèce, pourrait suivre la même voie. Parmi les autres opposants à l'accord, on retrouve les députés Front de Gauche qui appellent à voter contre "un coup d'État" qui s'est fait "avec la complicité de François Hollande". Les élus du Front National, Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen, rejetteront également le texte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise en Grèce Les Républicains Thierry Mariani
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants