1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. VIDÉOS- Avant Strasbourg, d'autres clips de rap glorifiant les armes et la drogue dans le viseur de la justice
3 min de lecture

VIDÉOS- Avant Strasbourg, d'autres clips de rap glorifiant les armes et la drogue dans le viseur de la justice

Treize personnes ont été arrêtées mardi à Strasbourg, toutes soupçonnées d’avoir exhibé des armes automatiques dans un clip de rap. Ces rappeurs ne sont pas les premiers.

Le clip de Booba, "A4", a fait polémique et les figurants condamnés pour port d'armes à feu
Le clip de Booba, "A4", a fait polémique et les figurants condamnés pour port d'armes à feu
Crédit : Capture d'écran
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Les groupes de rap dépassent parfois les limites de la légalité et de la moralité. Le dernier fait en date : 13 personnes ont été arrêtées mardi 7 juillet au matin à Strasbourg, toutes soupçonnées d’avoir exhibé des armes automatiques dans un clip diffusé sur le site internet Youtube. Dans la chanson Eider du rappeur local Abdelos, plusieurs hommes étaient vus maniant des armes, des matraques, des bombes lacrymogène, du cannabis et des capsules d’héroïne. Plusieurs enfants sont visibles dans le clip.

Ce n'est pas le premier cas d'arrestation pour port d'armes dans un clip. Tous les rappeurs ne sont pas aussi sages que le très populaire Nekfeu qui se contente dans son clip On verra de jeter une coupe de champagne dans la Seine. D'autres groupes de rap ont précédemment eu des ennuis avec la justice à cause de leur caractère trop violent. 

1 - Les Nicçois Negrescro, un clip au fusil à pompe

Le clip du groupe de rap Negrescro est un concentré de violence. Dans sa vidéo intitulée L'Ariane (nom d'un quartier de Nice d'où sont originaires les rappeurs), diffusée en juillet 2012, la bande niçoise conduit dangereusement dans les rues de la ville et deux figurants tirent des coups de feu avec un fusil à pompe et une kalachnikov. Les deux personnes armées en question ont été interpellées en octobre, mises en examen et placées sous contrôle judiciaire.

Âgées de 27 et 30 ans, elles ont écopé d'un an de prison pour détention et transport prohibés d'armes de catégorie A. Leur casier judiciaire était déjà très chargé. Pour Pap, le chanteur du groupe de rap qui ne maniait pas d'armes dans le clip, il s'agissait seulement de musique et rien d'autre. "C'est juste un morceau dans le quel je voulais montrer une certaine image", s'était-il défendu. 

2 - Les figurants d'un clip de Booba condamnés

À écouter aussi

Booba a lui-aussi été épinglé avec son clip A4 diffusé en mai 2012. Le rappeur sort l'artillerie lourde dès les premières secondes de sa vidéo. Des figurants, t-shirt tête de mort sur le dos (troqués ensuite pour une chemise hawaïenne), tirent des coups de feu en l'air sur fond de ronflement de moteur. Le clip, tourné en Guadeloupe, n'est pas passé inaperçu. Quatre des figurants ont été condamnés un an plus tard par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre pour “participation avec une arme à une manifestation publique”. Les peines vont de 200€ d’amende à 7 mois de prison ferme.

3 - Drogue et argent facile dans le clip de Papiss

"Nique la loi, baise l'État", clame Papiss, jeune rappeur de 19 ans, devenu célèbre après sa chanson un peu trop violente, Mes Négros. Diffusée en février 2015, la vidéo fait l'apologie de la drogue et de l'argent facile. Vêtu d'un gilet pare-balles, le rappeur tire même en l'air avec une arme à feu. Le clip a été tourné dans le quartier populaire du Clos-La-Roche à Compiègne et la chanson enregistrée dans un studio subventionné par la mairie. Pour le maire UMP de Compiègne, l'artiste "a détourné les installations" de la commune. Une enquête a été ouverte par le parquet de Compiègne pour "incitation à la commission d'un délit".

4 - Des enfants de 13 ans armés dans un clip

L'exhibition d'armes dans un clip de rap devient encore plus choquante lorsque des enfants sont mis en scène. En mars 2015 émerge sur internet le clip des bébés rappeurs de Sarcelles. Une poignée d'adolescents d'une douzaine d'années vante la drogue, le sexe et la violence. "Ici c'est sans pitié, on t'allume au mortier", chantent-ils. Ils exhibent des liasses de billets et brandissent fièrement des armes à feu dans le clip de 1er pocheton (nom de la pochette où l'on met de la drogue). Impossible pour la justice de laisser passer cela. Une enquête a été ouverte par le procureur de Pontoise.


Un clip de rap avec des enfants et des armes... par 20Minutes

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/