3 min de lecture Jérôme Kerviel

Un témoignage en passe de faire exploser le dossier Kerviel ?

Selon "Mediapart", la commandante de police chargée de l'affaire a dénoncé de nombreux dysfonctionnements. Un témoignage qui pourrait amener la justice à rouvrir le dossier Kerviel.

Jérôme Kerviel, ex-trader de la Société Générale
Jérôme Kerviel, ex-trader de la Société Générale Crédit : AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Les révélations font office d'une bombe. Selon Mediapart, la commandante de police chargée de piloter l'affaire Kerviel à la brigade financière en 2008 et en 2012 a été convoquée par le juge d'instruction Roger Le Loire, le 9 avril 2015. Elle a alors livré un témoignage accablant, à visage découvert, contre la Société Générale. Et si l'affaire Jérôme Kerviel devenait l'affaire de la Société Générale ? 

"Instrumentalisée" par la Société Générale pendant l'enquête ?

Convaincue de la culpabilité de l'ex-trader de la banque française en 2008, Nathalie Le Roy commence à avoir certaines interrogations et à émettre certains doutes quatre ans plus tard, en 2012, lorsqu'elle reprend l'affaire. "À l’occasion des différentes auditions et des différents documents que j’ai pu avoir entre les mains, j’ai eu le sentiment puis la certitude que la hiérarchie de Jérôme Kerviel ne pouvait ignorer les positions prises par ce dernier", a-t-elle notamment déclaré au juge selon les informations du journal en ligne.

C’est la Société Générale qui m’a dirigé tous les témoins

Nathalie Le Roy
Partager la citation

L'enquêtrice revient alors en détail sur toute la procédure et ce sentiment "d'avoir été instrumentalisée par la Société Générale". Une instrumentalisation rendue possible par la totale ignorance de Nathalie Le Roy concernant le monde de la finance. Selon le site, la banque aurait noyé l'enquête avec l'utilisation de jargon technique mais surtout, la Société Générale proposait ses témoins et les personnes qu'elle jugeait intéressantes à interroger. "C’est la Société Générale elle-même qui m’adresse les personnes qu’elle juge bon d’être entendues. Je n’ai jamais demandé : 'Je souhaiterais entendre telle ou telle personne.' C’est la Société générale qui m’a dirigé tous les témoins", avoue la commandante de police avant d'admettre que c'était une position "assez confortable". 

Le parquet de Paris visé par le témoignage

Selon Mediapart, il n'y a pas que la Société Générale qui ne souhaite pas rouvrir l'affaire dans laquelle elle a été innocentée, mais le parquet de Paris aurait lui aussi tout fait pour enterrer l'enquête, en 2012. De nouveaux témoignages, affirmant notamment qu'il était impossible que les supérieurs hiérarchiques de Jérôme Kerviel ignoraient ses activités, et des zones d'ombre lui ont été signalées par Nathalie Le Roy, mais ses demandes de nouvelles expertises n'auront jamais de suite. 

Je ne me suis jamais manifestée pour ne pas interférer dans le cours de la justice, mais j'avoue que ma convocation aujourd'hui m'apporte un soulagement

Nathalie Le Roy
Partager la citation
À lire aussi
Le siège de la Société Générale à La Défense (archives) justice
Affaire Kerviel : la cour d'appel donne raison à la Société générale

Si ce témoignage devait relancer l'affaire judiciaire qui a vu Jérôme Kerviel être condamné à trois ans de prison ferme et 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, il s'apparente à un véritable soulagement pour Nathalie Le Roy. "Je ne me suis jamais manifestée pour ne pas interférer dans le cours de la justice, mais j'avoue que ma convocation aujourd'hui m'apporte un soulagement. Je me suis très longtemps remise en question". Aujourd'hui, outre la responsabilité ou non de la Société Générale, ces révélations amènent Mediapart à se poser une question plus profonde : "Faut-il croire que les intérêts du monde bancaire sont désormais supérieurs à ceux de la justice ?"

La Société générale a réagi à ces révélations en publiant un communiqué dans la nuit du 17 au 18 mai. "Société Générale s'étonne des déclarations qui auraient été faites par un policier au juge d'instruction parisien en charge des plaintes déposées par Jérôme Kerviel alors qu’il avait lui-même déclaré aux policiers qui l'interrogeaient en janvier 2008 qu'il avait agi seul et à l’insu de sa hiérarchie. Il avait aussi renouvelé ses aveux devant les deux juges d'instruction, Mme Françoise Desset, doyen des juges d'instruction, et M. Renaud Van Ruymbeke, en présence de ses avocats. Société Générale qui n'a pas accès à ce dossier judiciaire d’où seraient extraites les déclarations du policier rappelle qu'elle a elle-même déposé deux plaintes pour dénonciation calomnieuse pour répondre aux deux plaintes déposées par Jérôme Kerviel", écrit notamment la société.

La condamnation de Jérôme Kerviel a été confirmée par la Cour de cassation, en mars 2014. Un nouveau procès civil doit quant à lui se tenir du 20 au 22 janvier 2016. Ce dernier doit permettre de déterminer la répartition des responsabilités dans cette affaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jérôme Kerviel Société Générale Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants