3 min de lecture Belgique

Tuerie du Musée juif de Bruxelles : ce que l'on sait du suspect et de son interpellation

DÉCRYPTAGE - À peine une semaine après la tuerie qui a coûté la vie à 4 personne à Bruxelles, un Français a été interpellé vendredi à Marseille. Sa trajectoire rappelle celle de Mohamed Merah.

Mehdi Nemmouche en 2009, après son arrestation pour un braquage d'une supérette à Strasbourg
Mehdi Nemmouche en 2009, après son arrestation pour un braquage d'une supérette à Strasbourg Crédit : Source judiciaire
Benjamin Hue
Benjamin Hue
et Marion Dubreuil

Le cas de Mehdi Nemmouche fait écho à celui de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse. Ce Français soupçonné d'avoir tué quatre personnes - un couple d'Israéliens, une bénévole française et un employé belge - au Musée juif de Bruxelles le 24 mai, a été arrêté vendredi à Marseille, porteur d'une Kalachnikov et d'un revolver du type de ceux utilisés dans la capitale belge.

La rédaction vous recommande

Comment le suspect a été interpellé ?

Le suspect a été arrêté à la gare routière Saint-Charles à Marseille par les douaniers, alors qu'il se trouvait dans un autocar en provenance d'Amsterdam via Bruxelles. Selon des sources proches de l'enquête, il était en possession dans ses bagages d'un fusil d'assaut Kalachnikov et d'un revolver avec des munitions. "Des armes du type de celles utilisées le 24 mai a Bruxelles", a dit une de ces sources.

Il s'agissait au départ, d'un simple contrôle anti-drogue. Un agent des transports marseillais a assisté à la scène : "Ils ont sorti un monsieur habillé avec un costard, se rappelle-t-il. Ils ont trouvé des armes sur lui, un gilet pare-balles... On n'aurait pas dit que c'était un assassin."

Après son arrestation, le suspect a été remis aux agents de la DGSI, il a été placé en garde à vue notamment pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste, a précisé une source judiciaire. Sa garde à vue, qui a commencé vendredi à la mi-journée, peut durer 96 heures, c'est-à-dire jusqu'à mardi, voire 144 heures, jusqu'à jeudi, si les enquêteurs devaient invoquer une menace terroriste imminente.

Pourquoi le suspect a été arrêté ?

À lire aussi
Le roi des Belges Philippe en avril 2018 République démocratique du Congo
Belgique : le roi Philippe a exprimé ses "regrets" pour le passé colonial au Congo

Son arrestation est un hasard total : les Douaniers effectuaient vendredi à Marseille un simple contrôle anti-drogues dans un bus en provenance d’Amsterdam. La découverte des armes, de nombreuses munitions, d’une caméra de type Go-Pro et des vêtements - notamment une casquette - très similaires à ceux observés sur les images de vidéo-surveillance à Bruxelles ont conduit à son arrestation.

La rédaction vous recommande

Selon nos informations, l'exploitation de sa Go-Pro n'a rien donné car la caméra n'a visiblement pas fonctionné au moment de la fusilladeLes enquêteurs ont en revanche mis la main sur une carte mémoire qu'il avait en sa possession lors de son arrestation. Le suspect s'était filmé dans la foulée de la tuerie. On l'y voit s'exhiber avec un fusil de type kalachnikov et clamer haut et fort l'avoir utilisé pendant la tuerie du musée.

La rédaction vous recommande

Qui est le suspect ?

Mehdi Nemmouche a 29 ans, est originaire de Roubaix et est soupçonné de s'être rendu en Syrie en 2013 auprès de jihadistes. D'après les enquêteurs, son profil était jusqu'à présent celui d'un "petit voyou". Il était sorti de prison en décembre 2012 après une condamnation trois ans plus tôt dans une affaire de braquage de supermarché. Il ne faisait pas partie des suspects recherchés et ne faisait concrètement l'objet d'aucune filature ces derniers jours.

La rédaction vous recommande

D'après les services de renseignement, il s'est radicalisé dans sa pratique de l'Islam lors de son séjour à la prison de Grasse. Une fois sorti de détention, il n'a plus jamais séjourné en France, essayant de multiplier les trajets pour déjouer l'attention des services. La DGSI l'a repéré depuis le début de l'année 2013. D'abord en Belgique, puis en Grande-Bretagne, au Liban et en Turquie, laissant présager un séjour en Syrie. Il avait également été repéré en Allemagne en mars 2014, revenant d'un séjour en Asie du sud-est.

Comme Mohamed Merah, le tueur de Toulouse, Mehdi Nemmouche est le "cauchemar" des autorités. Un loup solitaire quasiment indétectable dans les flots des près de 800 jihadistes français passés par la Syrie. Une trajectoire qui a en tout cas surpris son ancienne avocate, Me Badaoui qui assure au micro de RTL que"Ce n'était pas du tout son profil. C'était un homme intelligent". La tonalité est la même du côté d'une de ses tantes qui a fait part à RTL de sa stupéfaction, décrivant un homme intelligent, bon élève à l'école" qui s'est vraisemblablement "radicalisé en prison, pas à l'extérieur".

>
Me Badaoui, l'ex avocate de Mehdi Nemmouche ne reconnait pas son ancien client Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Belgique Tuerie au Musée juif de Bruxelles Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants