1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tuerie de Chevaline : la garde à vue de l'ex-policier prolongée
2 min de lecture

Tuerie de Chevaline : la garde à vue de l'ex-policier prolongée

L'ex-policier municipal interpellé dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en septembre 2012 restera en garde à vue 48 heures de plus, même si aucun lien n'était avéré avec la tuerie.

Le portrait-robot du motard aperçu près de la scène du crime de la tuerie de Chevaline
Le portrait-robot du motard aperçu près de la scène du crime de la tuerie de Chevaline
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La garde à vue de l'ex-policier municipal interpellé mardi dans les Alpes françaises dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en septembre 2012 a été prolongée de 48 heures même si aucun lien n'était avéré avec la tuerie.

Un ami de cet ancien policier, interpellé mardi soir dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de deux Britanniques, d'une Suédoise et d'un Français, était lui aussi toujours en garde à vue. Des vérifications sont toujours en cours, notamment en ce qui concerne les nombreuses armes et véhicules saisis. Les enquêteurs vérifient aussi les déclarations des deux personnes interpellées.

Pas de lien direct avec Chevaline.

La ressemblance de l'ancien policier municipal de Menthon-Saint-Bernard, dans les Alpes françaises, avec un portrait-robot diffusé en novembre a conduit à son interpellation par les gendarmes. Sa garde à vue peut durer jusqu'à samedi. Mercredi, le procureur chargé de l'affaire, Eric Maillaud, avait indiqué qu'il était "peu envisageable" que l'ancien policier soit mis en examen pour ce quadruple meurtre mystérieux, du fait de l'insuffisance des charges.  Pour le procureur, "rien ne permet de faire un lien direct" entre l'ex-policier et la tuerie, ou ses différentes victimes, à ce stade de l'enquête.

Une information judiciaire pour trafic d'armes va cependant être ouverte. Il devrait dans ce cadre être déféré avec un ami, passionné d'armes comme lui, également interpellé mardi après avoir tenté d'échapper aux gendarmes. Le 5 septembre 2012, Saad al-Hilli, 50 ans, ingénieur britannique d'origine irakienne travaillant dans le secteur de l'aéronautique et de la défense au Royaume-Uni, sa femme de 47 ans, et sa belle-mère âgée de 74 ans et de nationalité suédoise, avaient été tués de plusieurs balles dans leur voiture, sur une petite route forestière proche de la commune de Chevaline. Un cycliste français avait également été abattu de plusieurs balles. Zainab, sept ans, la fille aînée du couple al-Hilli, avait été grièvement blessée tandis que sa petite soeur, Zeena, dissimulée sous les jambes de sa mère, s'en était miraculeusement sortie indemne.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/