1 min de lecture Société

Tuerie de Chevaline : "Ils ont brisé ma vie", dit l'ex-policier

DOCUMENT RTL - L'ancien policier municipal mis en garde à vue la semaine dernière dans l'enquête sur la tuerie de Chevaline, avant d'être relâché, dit avoir vécu "un cauchemar"

Éric, ex-policier un temps suspecté dans l'enquête sur la tuerie de Chevaline
Éric, ex-policier un temps suspecté dans l'enquête sur la tuerie de Chevaline Crédit : Serge Pueyo
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et Serge Pueyo

Il dit avoir vécu "un cauchemar". L'ancien policier municipal mis en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la tuerie de Chevaline a finalement été relâché il y a une semaine après 96 heures d'interrogatoire avec les enquêteurs. Et il estime que ces quelques heures ont réduit sa vie "en miettes".

"C'est un séisme, c'est un cauchemar que j'ai vécu alors que je partais au travail, raconte Éric au micro de RTL, vendredi 28 février. Ma femme était dehors en train de me dire au revoir et des gens m'ont extrait de la voiture. Je ne les ai pas vus arriver. Ils m'ont dit : 'Gendarmerie !' Ils m'ont couché, m'ont mis dans une camionnette et m'ont fait la fouille. Un officier de police judiciaire m'a signifié ma garde à vue durant 96 heures, donc quatre jours. C'était très, très dur. Moralement, physiquement, psychologiquement. Je leur répondais que c'était la quatrième dimension, que ce n'était pas possible".

Suspect finalement disculpé, il "se demandait ce qu'il faisait là". Le jour de la tuerie, "je travaillais, donc je ne pouvais pas être à Chevaline et être au travail", explique-t-il. Et s'il est mis hors de cause dans l'enquête sur ce drame, sa garde à vue laissera des traces indélébiles dans sa vie. "Ils m'ont mis plus bas que terre. Ils ont brisé ma vie, ma famille, ma carrière. Je n'ai plus de travail. Le jour où j'ai été mis en garde à vue, le lendemain j'ai été licencié".

"C'est déplorable, j'ai été traîné dans la boue, estime-t-il. Mon petit garçon de 13 ans n'ose plus aller à l'école. On a bousillé une famille pour rien". Il dit être aujourd'hui "au bord du chemin".

>
Tuerie de Chevaline : "Ils ont brisé ma vie", dit l'ex-policier Crédit Média : Serge Pueyo | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Police Info
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants