1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Trafic de drogue : quatre surveillants de la prison d'Amien poursuivis
1 min de lecture

Trafic de drogue : quatre surveillants de la prison d'Amien poursuivis

Accusés d'avoir introduit du cannabis, des téléphones et de la nourriture dans la prison, quatre surveillants sont poursuivis.

Un surveillant de prison (illustration)
Un surveillant de prison (illustration)
Crédit : AFP / MEHDI FEDOUACH
La rédaction numérique de RTL & AFP

Quatre surveillants de la maison d'arrêt d'Amiens sont poursuivis pour avoir introduit du cannabis, des téléphones et de la nourriture notamment dans la prison, ont rapporté des sources concordantes ce vendredi 6 février.

Un ancien détenu de la maison d'arrêt, son frère et sa compagne ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants et complicité de remise illicite d'objet à un détenu par l'intermédiaire d'un surveillant, selon une source proche de l'enquête.

Deux surveillants étaient en cours de défèrement ce vendredi soir, deux autres ont été mis en examen jeudi et vendredi matin et placés sous contrôle judiciaire, a rapporté le procureur d'Amiens.

Neuf personnes arrêtées

L'enquête de la police judiciaire d'Amiens avait démarré à l'été 2014 après des dénonciations de détenus et d'anciens détenus qui avaient accusé plusieurs surveillants de la maison d'arrêt d'"activités frauduleuses", selon une source proche de l'enquête.

À écouter aussi

Mardi matin, neuf personnes au total, cinq gardiens, un ancien détenu âgé d'une quarantaine d'années, désormais sous bracelet électronique, sa compagne et l'un de ses frères, avaient été interpellés et placés en garde à vue. L'un des surveillants a été remis en liberté.

Lors de la perquisition au domicile de l'ancien prisonnier, dans la Somme, les policiers ont découvert plusieurs centaines de grammes de résine de cannabis. 

De l'herbe et de la résine de cannabis, des téléphones portables, de l'alcool et de la viande étaient ainsi livrés aux surveillants par la compagne et le frère du détenu et revendus à l'intérieur de la prison.

L'enquête n'a pas permis d'établir que les surveillants s'étaient enrichis grâce à ce trafic, a souligné la source proche de l'enquête.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/