1 min de lecture Justice

Suicides à France Telecom : un procès pour "harcèlement moral" aura lieu

Sept cadres seront jugés, dont l’ancien patron Didier Lombard, pour "harcèlement moral". À la fin des années 2000, l'entreprise avait connu une vague de suicides.

>
Sébastien Crozier se rappelle de la méthode de Didier Lombard et de sa direction. Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : Marion Ferrere | Durée : | Date :
Marion Ferrère
et Eléanor Douet

Vendredi 15 juin les juges d'instruction ont ordonné un procès pour "harcèlement moral" contre France Telecom et son ancien PDG, Didier Lombard, dans l'affaire de la vague de suicides de salariés au sein de l'entreprise à la fin des années 2000.

Aux côtés de l'ex-patron de France Telecom, devenu Orange, six autres dirigeants et cadres sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris, dont quatre pour "complicité" de harcèlement moral au travail, selon l'ordonnance des juges datée du 12 juin dont a eu connaissance l'AFP.

Il s'agit de la première affaire de harcèlement moral institutionnalisé qu'aura à trancher le tribunal, neuf ans après les premières plaintes.  Frappée par une série de suicides en 2008 et 2009, France Telecom a été la première entreprise du CAC 40 mise en examen pour harcèlement moral.

Le 11 septembre 2009 (...) l'une de nos collègues a fait le choix de se jeter par la fenêtre

Sébastien Crozier syndicaliste CFE-CGC chez Orange
Partager la citation

Neuf ans se sont écoulés depuis les premières plaintes et le début de la procédure. Pour autant, les employés n'ont rien oublié : de l'ambiance pesante et des pressions, de l'enfer au sein de l'ex-France Télécom.

À lire aussi
Un camion de pompiers (illustration) justice
Les infos de 6h - Coronavirus : les pompiers pris pour cible, le Sdis porte plainte

Sébastien Crozier syndicaliste CFE-CGC chez Orange se rappelle de la méthode de Didier Lombard et de sa direction. "Il changeaient de force les postes, les changeaient de géographie, interdisaient aux managers d'occuper un poste pendant plus de trois ans pour briser les liens sociaux entre le management et les équipes qu'ils conduisaient pour forcer les gens à partir en retraite prématurément", raconte-t-il à RTL.

En 2012, lors de la mise en examen de l'ancien PDG. Le parquet reconnaissait le harcèlement moral de 35 salariés, dont 19 poussés au suicide. Un drame que Sébastien Crozier a lui-même vécu. "Le fameux vendredi 11 septembre 2009 à 17h15, suite à l'annonce d'une réorganisation, l'une de nos collègues a fait le choix de se jeter par la fenêtre du 5e étage d'un des bâtiments. À l'intérieur, devant tous ses collègues."

Le syndicat espère aujourd'hui que ce procès permettra d'aboutir à une condamnation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Harcèlement France Telecom
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants