2 min de lecture Daesh

Stages de déradicalisation à Mulhouse : en quoi vont-ils consister ?

ÉCLAIRAGE - C'est en Alsace que va avoir lieu l'expérimentation, région très touchée par le phénomène jihadiste. Les stages seront adaptés à chaque cas pour une durée moyenne de deux à trois mois.

Le ministère de la Justice, place Vendôme à Paris, le 25 mars 2010 (illustration)
Le ministère de la Justice, place Vendôme à Paris, le 25 mars 2010 (illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Agir avant qu'il ne soit trop tard. Le tribunal de grande instance de Mulhouse va tester dès ce mois de septembre un programme judiciaire de déradicalisation destiné aux personnes poursuivies par des infractions en lien avec l'Islam radical, à l'exception des actes terroriste. C'est que révèle aujourd'hui le journal Le Parisien . L'objectif : "Faire en sorte que la radicalisation de certains ne dégénère pas un jour en passage à l'acte terroriste", explique Jean-François Thony, procureur général de Colmar, à l'origine de ce programme. 

Plus de 4.000 individus engagés dans un processus de radicalisation en France ont été signalés entre mars 2014 et mai 2015. Le choix de l'Alsace pour cette expérimentation n'est pas un hasard. La région est une des plus touchée par la radicalisation islamiste. Entre avril et mai 2015, ce sont 157 signalements qui ont été répertoriés dans les Haut et Bas-Rhin.

Qui pourra le déclencher ?

Imaginé par le parquet général de Colmar et mis en place avec le soutien du ministère de la Justice, ce dispositif sera mis à la disposition des magistrats à tous les stades de la procédure judiciaire. Tout d'abord comme une alternative aux poursuites si les faits reprochés sont mineurs et le préjudice faible. En revanche, si l'infraction commise nécessite un jugement, le stage pourra être utilisé en amont du procès, dans le cadre d'un contrôle judiciaire ou d'une liberté surveillée. Enfin il pourra constituer la peine principale ou complémentaire lors d'un jugement. Le dispositif sera inclus dans le cadre de la nouvelle contrainte pénale créée l'année dernière par Christiane Taubira.

Pour quels faits ce stage sera mis en place ?

Les actes de terrorisme ne sont pas concernés par ce stage. Ces derniers relèvent uniquement du parquet de Paris. Sont concernés divers crimes et délits comme l'apologie du terrorisme, la provocation publique à la haine ou diffamation, l'abus de faiblesse, la soustraction de mineur ou encore la non-représentation d'enfant.

Qui encadrera ces stages ?

À lire aussi
Des hommes soupçonnés d'affiliation au groupe Etat Islamique (EI) dans la prison d'Hasakeh, en Syrie, le 26 octobre 2019 Daesh
La Turquie annonce qu'elle va renvoyer 11 jihadistes "d'origine française"

Une équipe pluridisciplinaire constituée de psychologues, d'éducateurs spécialisés et de travailleurs sociaux sera chargée d'encadrer les "stagiaires". Aucun imam ou référent religieux ne figure au programme. "La dimension religieuse a été volontairement écartée. Les études sur la question montrent que la dérive radicale est semblable a un processus sectaire. C'est donc cette approche de sortie d'une emprise sectaire qui a été choisie", explique une source judiciaire.

Comment va se passer ce stage ?

D'une durée moyenne de deux à trois mois les stages seront découpés en quatre étapes : diagnostiquer, rétablir le lien social, contrer le discours radical et enfin favoriser la réinsertion. Si le dispositif est jugé positif, une généralisation régionale des stages de déradicalisation est envisageable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Mulhouse Alsace
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants