1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Sevran : attaqué, un policier sort son arme et blesse un jeune
1 min de lecture

Sevran : attaqué, un policier sort son arme et blesse un jeune

Le fonctionnaire de police, roué de coups, a dégainé son arme de service, blessant l'un de ses agresseurs, dont les jours ne sont pas en danger.

Une voiture de police (illustration)
Une voiture de police (illustration)
Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Sevran attaqué, un policier sort son arme et blesse un jeune
01:18
Thomas Prouteau & La rédaction numérique de RTL

Début de weekend agité à Sevran. La nuit du 14 au 15 juillet a été émaillée d'importantes violences entre des jeunes gens et la police dans la commune de Seine-Saint-Denis. Des policiers ont été accueillis par des jets de pierres dans le quartier Pont-Blanc, au cours de ce qui s'apparente à un guet-apens, tandis qu'ils intervenaient sur des feux de poubelles.

Six motards de la compagnie de sécurisation (CSI) ont été pris à partie par une quarantaine de personnes entre 00h30 et 1h00 du matin. Tombé au sol, l'un d'eux a été roué de coups de pierres et de barres de fer. Pour se dégager, le policier sort son arme de service. C'est alors qu'il aurait tiré à huit reprises, selon des sources judiciaires contactées par RTL. L'un des agresseurs présumés, un jeune homme de 18 ans, a été blessé au ventre par un tir. Il a été hospitalisé, son état est instable mais son pronostic vital n'est pas engagé, selon les informations de RTL.


L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie, a indiqué le parquet de Bobigny. "Les policiers sont devenus de la chair à canon", a dénoncé auprès de l'AFP le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers. Dans un communiqué, ce syndicat a condamné une "tentative d'assassinat" à coup de "barres de fer, de parpaings". Interrogé par RTL, Grégory Goupil du même syndicat, estime que la légitime défense ne fait aucun doute. "Les individus ne s'arrêtaient pas. Si notre collègue n'avait pas fait usage de son arme administrative, je pense que notre collègue serait (...) peut-être mort aujourd'hui."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/