1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès Bettencourt : François-Marie Banier se défend d'être un profiteur
1 min de lecture

Procès Bettencourt : François-Marie Banier se défend d'être un profiteur

PORTRAIT - Fidèle ou profiteur ? François-Marie Banier est entendu ce mercredi au palais de Justice de Bordeaux dans le cadre du procès Bettencourt. "Je n'ai jamais demandé d'argent à Liliane", s'est-il défendu.

François-Marie Banier le 27 janvier 2015 à Bordeaux
François-Marie Banier le 27 janvier 2015 à Bordeaux
Procès Bettencourt : François-Marie Banier se défend d'être un profiteur
01:44
Cindy Hubert & James Abbott

Liliane Bettencourt est la femme la plus riche de France. François-Marie Banier est un artiste dandy, un provocateur. Vingt ans les séparent, et dans cette relation particulière entamée à la fin des années 80, tout est démesuré. 

Elle a été toujours plus généreuse avec le photographe : des flopées d'assurances-vie, des enveloppes d'argent, des tableaux de maîtres : Matisse, Fernand Léger, Picasso. Et même une île paradisiaque aux Seychelles. Soit plusieurs centaines de millions d'euros au total.

"Elle m'a donné beaucoup d'argent car ça la rendait heureuse"

Ce mercredi matin, à Bordeaux, il a donné l'image d'un homme lettré, volubile et sûr de lui, dans un costume élégant et au ton précieux. Décrit comme un "drôle de zèbre" par le personnel de la maison de Liliane Bettencourt, l'homme a raconté, en citant Stendhal et Cocteau, ses mille et une vies. Il a été coursier, attaché de presse chez Pierre Cardin, créateur de parfums, et photographe entre autres.

Quand le président du tribunal a listé son patrimoine ce matin, le photographe a insisté en détachant les mots : "je n'ai jamais demandé d'argent à Liliane". "Elle m'en a donné beaucoup car ça la rendait heureuse".

Un mois pour déterminer s'il y a eu abus de faiblesse

À lire aussi

Liliane Bettencourt avait-elle toute sa tête ? Le photographe l'a-t-il manipulée même si depuis il a restitué un partie des dons ? "Liliane n'est pas du tout le personnage risible qu'on décrit", défend-il. 

La fille de la milliardaire, Françoise Meyers, parle d'un "bouffon du roi qui s'est transformé en Raspoutine". La justice a un mois pour dire s'il y a eu effectivement "abus de faiblesse".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/