2 min de lecture Seine-Saint-Denis

Noisy-le-Sec : 8.000 personnes évacuées et la Gare de l'Est paralysée pour cause de déminage

Trois obus datant de la Seconde Guerre mondiale doivent être neutralisés ce dimanche à Noisy-le-Sec. Le trafic ferroviaire sera perturbé jusqu'à 16 heures au moins.

L'opération de déminage en cours à Noisy-le-Sec ce dimanche 6 septembre va fortement perturber le trafic ferroviaire.
L'opération de déminage en cours à Noisy-le-Sec ce dimanche 6 septembre va fortement perturber le trafic ferroviaire. Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Marine Cluet et AFP

Dès 6 heures du matin, dimanche 6 septembre, les voitures de police sillonnaient les rues de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, afin de vérifier que les quelque 7.500 habitants concernés, et 200 de Bobigny, la ville voisine, avaient bien quitté les lieux. Pour cause, une opération de déminage est prévue afin de neutraliser trois obus de la Seconde Guerre mondiale.

Près de 400 policiers, des pompiers et la Croix-Rouge sont mobilisés pour encadrer ces opérations qui doivent durer jusqu'à 16 heures, et ont débuté un peu avant 10 heures selon Le Parisien. Si les démineurs ne réussissent pas à neutraliser l'ensemble des bombes ce dimanche, une nouvelle opération sera organisée le dimanche 20 septembre.

Trafic perturbé

À cause de cette opération de déminage, le trafic ferroviaire et routier est fortement perturbé. Concernant le réseau Transilien, il n'y aura aucun train à l'arrivée et au départ de la gare de l'Est de 9h à 16h. Des navettes circuleront entre Haussmann Saint Lazare et Magenta, dans les deux sens à Paris. Le RER E et la ligne P auront leur terminus à Bondy et Val de Fontenay. Les voyageurs pourront ensuite prendre les correspondances. La ligne 5 du métro est interrompue entre les stations Église de Pantin et Bobigny Pablo Picasso à partir de 8h30. Un bus de remplacement a été mis en place.

Pour les TGV, ils seront déroutés pour la plupart vers la gare du Nord. Les lignes passant dans la zone seront déviées. En outre, la circulation automobile sur la nationale 3, et fluviale sur le canal de l'Ourcq et ses berges seront interrompues.

3.000 bombes larguées le 18 avril

À lire aussi
Canal de l'Ourcq (illustration) Seine-Saint-Denis
Noisy-le-Sec : disparition d'un jeune homme de 17 ans après une bagarre

La présence de ces bombes s'explique par les bombardements de la Royal Air Force qui, dans la nuit du 18 au 19 avril 1944, avait largué quelque 3.000 bombes sur la gare de triage de Noisy-le-Sec, détruisant la majeure partie de la ville, en prévision du Débarquement. Elles sont situées à 1,5 mètre sous terre, sur le site du chantier de construction de l'atelier de maintenance de la future ligne de train la Tangentielle nord.

Un engin, contenant plus de 200 kilos d'explosifs, avait déjà été découvert par hasard en février lors du chantier. Il avait alors fallu évacuer les habitants et interrompre le trafic des trains et des RER.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Seine-Saint-Denis Transports Trafic routier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants