1 min de lecture Hauts-de-Seine

Neuilly : un homme suspecté d'avoir laissé le corps de son fils se décomposer pendant 18 mois

Un cadavre a été découvert dans un appartement d'un immeuble de Neuilly. Il s'agit du fils du locataire de 65 ans, soupçonné du meurtre.

Un véhicule de la police nationale (Illustration)
Un véhicule de la police nationale (Illustration) Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Valentine De Brye
et AFP

C'est un homme aux secrets bien gardés. Un sexagénaire est soupçonné d'avoir tué son fils de 14 ans puis laissé son cadavre se décomposer pendant près d'un an et demi dans leur appartement de Neuilly, dans les Hauts-de-Seine. L'homme est visé par une information judiciaire ouverte ce samedi 11 juin. 

L'enquête a été ouverte pour homicide volontaire sur mineur de 15 ans a indiqué le parquet de Nanterre. Selon une information du Parisien, le cadavre a été découvert par la police, mardi 6 juin au domicile de l'homme. Ce dernier ne payait plus son loyer depuis deux ans, un huissier s'est donc présenté chez lui. Une fois la porte ouverte, l'huissier accompagné d'un serrurier et de la police ont tout d'abord vu du sang au sol, avant de découvrir une scène d'horreur : un corps putréfié "asséché, presque momifié", a détaillé un proche de l'affaire. Selon les policiers, le corps était en "état de décomposition, allongé sur le sol". L'homme de 65 ans présentait quant à lui plusieurs blessures qu'il s'était faites au thorax et à l'abdomen.

L'homme conteste avoir tué son fils

D'après les résultats de l'autopsie, le cadavre retrouvé a été identifié comme celui du fils, qui avait disparu depuis plusieurs mois. Le sexagénaire a alors expliqué aux policiers qu'il s'était disputé avec son fils le soir de la Saint-Sylvestre 2015, ce dernier étant âgé de 14 ans. L'homme a toutefois contesté l'avoir tué. 

Le suspect toujours hospitalisé, son état de santé est "compliqué" et son "pronostic vital réservé", selon une source proche du dossier. Le parquet de Nanterre a demandé la délivrance d'un mandat dans le but de le présenter à un juge d'instruction, ainsi que son placement en détention provisoire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hauts-de-Seine Police Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants