2 min de lecture Roms

Montpellier : un homme jugé pour avoir tiré sur deux jeunes Roms

Les deux jeunes filles, âgées au moment des faits de 11 et 20 ans, étaient en train de cambrioler sa maison quand le septuagénaire a ouvert le feu.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
"J'ai eu peur, je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé", lance René Galinier Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Aline Thibal | Durée : | Date : La page de l'émission
Aline Thibal et Valentin Chatelier

C'est une affaire qui a fait du bruit en août 2010, dont le jugement commence mercredi 1er juillet devant la cour d'assises de l'Hérault. René Galinier a tiré le 5 août de la même année sur deux jeunes Roms surprises en train de fouiller sa maison. Il risque 30 ans de réclusion criminelle.

L'ancien chauffeur de bus s'est dit paniqué et assure avoir fait des sommations. Alors qu'il a appelé les pompiers juste avant d'ouvrir le feu, il a rappelé ces derniers tout juste après les faits. René Galinier comparait pour tentatives de meurtre sur les deux Roms, alors grièvement blessées après les deux coups de fusil.

J'ai eu peur, je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé

René Galinier
Partager la citation

Avant le procès, l'homme semble avoir des remords. "Je regrette d'être là, malheureusement. Je regrette tout", a-t-il expliqué. René Galinier ajoute ne pas savoir ce qui est arrivé pour qu'il ouvre le feu. "J'ai eu peur, je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé", a-t-il fait remarquer, la voix tremblante.

Chasseur pour un avocat, état de panique pour l'autre

Du côté des avocats, si le bilan est le même la version est bien différente. Me Gilbert Collard, également député du Gard et secrétaire général du Rassemblement bleu marine (RBM), insiste sur la peur de l'accusé. "C'est le dossier de la légitime peur. Cet homme, qui regrette ce qu'il a fait, a été débordé", a résumé l'un des avocats de l'homme de 73 ans.

À lire aussi
Le département de Seine-Saint-Denis, en Île-de-France justice
"Chasse aux Roms" en Seine-Saint-Denis : 2 jeunes condamnés à de la prison ferme

Mais Me Silvio Rossi-Arnaud, avocat de la jeune fille Rom âgée alors de 11 ans, ne l'entend pas de cette façon. Il nie en effet "l'état de panique" de l'accusé, soulignant son comportement de "chasseur". Il les a laissées rentrer et leur a tiré dessus à bout pourtant", a-t-il déclaré. Une des deux victimes, Marina Petrovic, a par ailleurs déclaré lui avoir dit de ne pas tirer avant qu'il le fasse. La connaissance des armes de René Galinier est aussi portée par l'accusation, affirmant que l'homme de 73 ans avait bien l'intention de tuer les deux jeunes Roms.

Mettre en avant que ce sont des Roms, c'est faire du racisme par anticipation

Gilbert Collard
Partager la citation

L'instruction n'a cependant établi aucun caractère raciste pour ces tirs. Un constat souligné par Me Collard, expliquant que "mettre en avant que ce sont des Roms, c'est faire du racisme par anticipation", a résumé le député proche du Front national. Un parti qui a vivement réagi au moment des faits, tout comme le secrétaire général des Républicains, Xavier Bertrand, qui s'est alors dit "choqué" par son incarcération. René Galinier est depuis le 13 octobre 2010 libre sous contrôle judiciaire, il en saura davantage sur son avenir après le jugement, normalement annoncé vendredi 3 juillet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Roms Justice Montpellier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants