1 min de lecture Marseille

Marseille : une fusillade oblige une crèche à déménager

La crèche, située dans les quartiers nord, avait décidé de déménager après avoir découvert un impact de balle sur sa palissade.

Une crèche (illustration).
Une crèche (illustration). Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

la Crèche de l’œuf a trouvé un nouveau nid. Contrainte de déménager en raison de sa proximité avec un réseau de trafiquants, l'établissement scolaire des quartiers nord de Marseille a annoncé vendredi 20 juillet avoir trouvé un point de chute, à un kilomètre de ses locaux actuels.

L'annonce fin juin de la décision de déménager la crèche, située dans le quartier de la Busserine, avait suscité l'anxiété des familles et du personnel, qui s'est mis en grève. Les responsables de l'établissement estimaient que la sécurité n'était plus garantie, notamment après une descente dans le quartier, fin mai, en plein jour, d'un commando armé de kalachnikov. Une probable opération d'intimidation entre trafiquants, qui n'a pas fait de victime.

"Nous sommes sur la voie de trouver une solution", a annoncé vendredi à l'AFP Pierre Burello, directeur régional dans le Sud-Est des Apprentis d'Auteuil. Pour la rentrée et jusqu'en juillet 2019, la crèche explique avoir obtenu de la préfecture "le renforcement des conditions de sécurité". Dans le même temps, la Fondation d'Auteuil envisage le déménagement vers des locaux où elle a déjà d'autres activités. Des travaux doivent être menés pour une ouverture espérée "à l'été 2019".

Le règne des gang

En juin, les dirigeants de la crèche expliquaient devoir plier bagage face à la violence, malgré des mesures prises comme l'installation de palissades. Dans ce quartier déshérité et plongé dans d'interminables travaux de rénovation urbaine, le personnel avait dû s'accoutumer au voisinage des trafiquants. Un impact de balle a été retrouvé un jour dans la palissade de la crèche.

À lire aussi
Injection de Botox (illustration) société
Marseille : dans les cités, la chirurgie fait de plus en plus d'adeptes

"Les gens qui rentraient dans les locaux devaient être 'validés' par le gang" en montrant patte blanche, "en particulier les hommes", soupçonnés par les dealers d'être des policiers en civil, témoignait une responsable du groupe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Fusillade Crèches
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants