1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Mariages chinois" : six mois après le suicide de Jean Germain, le procès reprend à Tours
1 min de lecture

"Mariages chinois" : six mois après le suicide de Jean Germain, le procès reprend à Tours

REPLAY / REPORTAGE - Interrompu après le suicide de l'ancien maire de la Tours, le procès de l'affaire dite des "mariages chinois" s'ouvre ce mardi 13 octobre, avec l'ombre de Jean Germain.

Jean Germain posait au milieu des touristes sur le perron de la mairie de Tours
Jean Germain posait au milieu des touristes sur le perron de la mairie de Tours
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Mariage chinois : six mois après le suicide de Jean Germain, le procès reprend à Tours
01:02
Christian Panvert & Claire Gaveau

Le procès avait dramatiquement été arrêté en avril dernier. Absent à l'ouverture du procès des "mariages chinois" auquel il devait comparaître, Jean Germain avait été retrouvé mort près de son domicile mardi 7 avril. Les premiers éléments de l'enquête conduisant rapidement à un suicide de l'ancien maire de Tours et sénateur PS. Six mois après la catastrophe, le procès a rouvert ses portes mardi 13 octobre. En cause ? L'organisation de séjours en pays tourangeau pour des couples chinois à qui on proposait également une pseudo cérémonie de mariage. Le tout, orchestré par Lise Han, une proche de l'ancien maire de la ville. 

Habillée de noire, Lise Han a même fondu en larmes devant les photographes à l'évocation de l'ancien député socialiste. "Je suis très triste. Personne peut expliquer le suicide", déclare-t-elle dans une salle extrêmement pesante. Jean Germain n'appartient plus à la justice mais à l'histoire dorénavant alors que la menace de prison, ajoutée aux 460.000 euros réclamés par la ville de Tours l'ont conduit au suicide. "Le seul fait qu'on lui demande de rembourser de l'argent sous-entendait qu'il en avait détourné. L'objectif de Jean Germain était de développer la ville dans un projet touristique d'envergure et à partir de là, il a placé sa confiance dans des personnes qui ne la méritaient pas", regrette Alain Dayan, un ami proche. 

Et si l'ombre de Jean Germain pèse encore lourdement dans ce procès, c'est bien Lise Han qui a dorénavant les regards braqués sur elle. La Française d'origine taïwanaise était à la fois salariée de la ville et gérante en sous-main de la société qui organisait les noces romantiques. Des noces que l'ancien maire de Tours a toujours dit ignorer. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/