1 min de lecture Justice

Magnanville : trois proches de Larossi Abballa toujours en garde à vue

REPLAY - Deux d'entre eux figurent parmi les huit membres d'une filière jihadiste condamnée en 2013, à laquelle Larossi Abballa faisait partie.

Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Magnanville : trois proches de Larossi Abballa en garde à vue Crédit Image : Alain ROBERT/Apercu/SIPA | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date : La page de l'émission
Eleanor Douet
Eléanor Douet
Journaliste

François Hollande assistera ce 15 juin, à midi, à une minute de silence au ministère de l'Intérieur. Une minute de recueillement à la mémoire du policier et sa compagne assassinés dans leur maison par Larossi Abballa, un homme de 25 ans se revendiquant du groupe État Islamique. Les journaux affichent les photos de Jean-Baptiste, commandant de police dans les Yvelines, et de Jessica, secrétaire dans un commissariat. Trois hommes âgés de 27, 29 et 44 ans et proches du meurtrier Larossi Abballa sont en garde à vue. Deux d'entre eux figurent parmi les huit membres d'une filière jihadiste condamnée en 2013, à laquelle Larossi Abballa faisait partie.

Les enquêteurs de la police judiciaire ont ciblé l'entourage amical d'Abballa et surtout des hommes au même profil que le sien. Eux-aussi avaient été condamnés dans l'affaire de 2013. C'est notamment le cas de Charaf Din Aberouz, pion essentiel de cette cellule d'envoi de combattants en zone pakistano-afghane. Originaire de Mantes-la-Jolie, il avait été arrêté à l'aéroport de Lahore (Pakistant), puis renvoyé en France. Sorti de prison il y a peu, il avait été suivi tout au long de sa détention par la DGSI. Les policiers veulent donc savoir s'il a eu connaissance des projets de son ami Abballa. 

Des enquêteurs qui cherchent aussi à comprendre comment Abballa a choisi sa cible, comment il s'est préparé. Le tout, sans éveiller le moindre soupçon puisqu'il était sur écoute dans un dossier terroriste. Dernier point à éclaircir : la diffusion de la vidéo de 13 minutes tournée par Abballa lui-même au début de sa prise d'otages, entre verbiage religieux et désignation de cibles (journalistes, rappeurs ou surveillants de prison). Ce film a depuis été partagé sur plusieurs sites.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Policiers Meurtres
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants