1 min de lecture Justice

Le viticulteur bio de Côte-d'Or rejugé en appel

Le viticulteur bio de Côte-d'Or qui refuse de traiter ses vignes comparaît devant la cour d'appel de Dijon mercredi 5 novembre.

Le viticulteur bio Emmanuel Giboulot sera de nouveau jugé mercredi. (archives)
Le viticulteur bio Emmanuel Giboulot sera de nouveau jugé mercredi. (archives)
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Érigé en symbole par certains écologistes, Emmanuel Giboulot comparaît mercredi 5 novembre devant la cour d'appel de Dijon. Viticulteur bio de Côte-d'Or, il avait été condamné en première instance en avril à 1.000 euros d'amende pour avoir refusé de traiter ses vignes contre une maladie, la flavescence dorée. Dès l'annonce de sa condamnation, il avait annoncé qu'il ferait appel. Le vigneron, qui pratique la biodynamie depuis les années 1970 sur ses parcelles, encourt une peine de six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

L'affaire avait débuté au printemps 2013 avec la découverte de foyers de flavescence dorée - maladie mortelle pour la vigne véhiculée par un insecte, la cicadelle - près de Beaune, qui avait conduit le préfet à imposer de traiter tous les vignobles du département. Mais le viticulteur avait refusé de traiter les dix hectares qu'il exploite en Côte-de-Beaune et Haute-Côte-de-Nuits. Même à la pyréthrine, pesticide naturel autorisé dans la filière bio. Après un contrôle en juillet de la Direction régionale de l'agriculture, il avait été convoqué devant la justice.

Polémique dans la profession

Appuyé par un comité de soutien, qui comme lors des précédentes audiences a prévu de se réunir mercredi devant la cour d'appel, Emmanuel Giboulot a cependant suscité la polémique dans la profession, dont les instances se sont désolidarisées de lui. Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne avait rappelé en avril "qu'à ce jour, il n'existe, hélas, aucune alternative pour lutter contre cette maladie très épidémique et mortelle pour la vigne", assurant que "la volonté de l'ensemble des acteurs impliqués (était) de réduire au minimum le nombre de traitements insecticides, ainsi que la surface concernée".

Apparue en 1949 en Armagnac (sud-ouest), la flavescence dorée touche presque tout le vignoble français, après s'être fortement développée depuis une dizaine d'années, selon les autorités sanitaires. Un important foyer avait été découvert en Saône-et-Loire en 2011, entraînant en Bourgogne l'arrachage de 11 hectares de vignes en 2012, puis de 0,2 ha en 2013.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Viticulture Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants