2 min de lecture Justice

L'affaire Agnelet pour ceux qui n'ont rien suivi

DÉCRYPTAGE - De la disparition d'Agnès Le Roux en 1977 au verdict condamnant Maurice Agnelet à 20 ans de prison, retour sur les grandes lignes d'une affaire judiciaire exceptionnelle en de nombreux points.

Maurice Agnelet le 20 septembre 2007 (archives).
Maurice Agnelet le 20 septembre 2007 (archives). Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

C'est peut être l'épilogue d'une chronique judiciaire qui dure depuis désormais 37 ans. Maurice Agnelet a été condamné à 20 ans de prison vendredi 11 avril pour l'assassinat en 1977 d'Agnès Le Roux. Le dernier soubresaut d'une affaire judiciaire peu commune, entre meurtre sans cadavre et déchirement familial.

Un meurtre et beaucoup d'argent en jeu

Le 30 octobre 1977, Agnès Le Roux, 29 ans, maîtresse de Maurice Agnelet, disparaît au volant de son 4X4. Son corps et son véhicule ne seront jamais retrouvés. 

Quatre mois plus tôt, elle avait touché 3 millions de francs de la vente de ses parts dans le casino familial, le Palais de la Méditerranée, à son concurrent, le patron du casino Ruhl, Jean-Dominique Fratoni. C'est Maurice Agnelet, proche de Fratoni, qui les a mis en contact. 

Par la suite, on apprend que les 3 millions de francs, versés sur un compte joint au nom des deux amants à Genève, se sont retrouvés sur un compte suisse au seul nom d'Agnelet.

Un alibi qui s'effrondre

À lire aussi
Le siège de la DGSE, à Paris (illustration) justice
Deux ex-agents secrets français soupçonnés de trahison en faveur de la Chine

Soupçonné dès le début, Maurice Agnelet a un alibi : une autre de ses maîtresses, Françoise Lausseure, affirme qu'ils étaient ensemble en Suisse au moment de la disparition. Après six ans d'enquête, il est inculpé d'homicide volontaire. Mais en 1985, il bénéficie d'un non-lieu, confirmé en appel. 

En 1999, coup de tonnerre : Françoise Lausseure se rétracte. Le dossier est rouvert. S'en suivent une série de procès. Maurice Agnelet est condamné à 20 ans de réclusion en 2007. Mais en 2013, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) estime qu'il n'a pas bénéficié d'un procès équitable.  

Une famille déchirée lors du troisième procès

Le quatrième procès de Maurice Agnelet débute le 17 mars 2014. Lundi 7 avril, son fils, Guillaume, qui l'avait jusqu'ici défendu, créé la surprise en affirmant que  ses parents lui ont confié que son père avait tué Agnès Le Roux. Son autre fils, Thomas, et leur mère, Annie Litas, contestent ces affirmations.

Vendredi 11 avril, Maurice Agnelet est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Reste à savoir s'il fera appel. Il prendra sa décision lundi, a indiqué son avocat, qui le décrit comme un homme "déterminé".

>
"Maurice Agnelet est surpris et déçu", dit son avocat Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants