2 min de lecture Jura

Jura : la belle rencontre entre un boulanger et un SDF tourne mal

Un artisan voulait léguer son commerce à un sans-abri qui lui a sauvé la vie. Malheureusement, une dispute a mis fin à leur collaboration.

Michel Flamant en compagnie de Jérôme Aucant
Michel Flamant en compagnie de Jérôme Aucant Crédit : AFP
Emeline Le Naour et AFP

C'est une histoire qui avait pourtant bien commencé. Un boulanger du village de Dole dans le Jura qui avait embauché un SDF a finalement renoncé à lui céder son commerce. "Je l'ai viré", explique sans détour Michel Flamant, à un journaliste de l'AFP confirmant une information du journal Le Progrès. "Il a été très très malpoli avec une journaliste", ajoute l'artisan, rapportant des propos insultants et misogynes. La belle rencontre entre Jérôme Aucant, un sans-abri, et le boulanger avait pourtant fait la une des médias. 

Le sans-abri de 37 ans, dont dix-sept passés dans la rue, faisait souvent la manche devant le commerce de Michel Flamant. L'artisan avait ainsi pris l'habitude de lui offrir un café et un croissant aux premières heures. Un matin, alors que l'artisan est sur le point de suffoquer, victime d'une intoxication au monoxyde de carbone à cause d'un four à pain défectueux, le SDF qui entre au même moment dans la boulangerie lui sauve la vie. Après son hospitalisation en décembre 2015, Michel Flamant avait embauché le sans-abri à mi-temps, dans la perspective de lui laisser son commerce une fois la formation terminée. 

Il était saoul comme un cochon et il avait fumé

Michel Flamant, le boulanger
Partager la citation

Mais le joli conte tourne court. Le boulanger a mis un terme à cette collaboration inattendue après que son employé a traité une journaliste de "putain", explique-t-il. "Une fois qu'il a raccroché, je lui ai expliqué que l'on ne parle pas comme ça à une femme. Il a commencé à s'en prendre à moi, à m'insulter, alors je lui ai dit de prendre sa valise", raconte Michel Flamant. "Il était saoul comme un cochon et il avait fumé. Il m'a expliqué que la pression des journalistes était trop forte. Mais ça n'excuse pas tout, et je l'avais déjà mis en garde", ajoute le boulanger. Les deux hommes doivent se voir très prochainement pour régler le solde de tout compte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jura Faits divers France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants