1 min de lecture Corse

Jean-Luc Germani, l'héritier du grand banditisme corse

REPLAY - Déjà condamné à six ans de prison, Jean-Luc Germani a été arrêté jeudi 27 novembre après trois ans de cavale.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Jean-Luc Germani, l'héritier du grand banditisme corse Crédit Image : MIGUEL MEDINA / AFP | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date : La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Damien Delseny

La dernière fois que les gendarmes avaient vu Jean-Luc Germani, il prenait le maquis en Haute-Corse après s'être fait passer pour un couple homosexuel avec son complice. Depuis ce contrôle le 29 juin 2011, les forces de l'ordre avaient perdu toute trace de cette figure du grand banditisme corse.

Malgré une queue de cheval, une longue barbe et quelques kilos de plus, il a été arrêté en région parisienne, jeudi 27 novembre. Une interpellation qui marque la fin de trois ans de cavale pour celui qu'on considérait comme "l'homme le plus recherché de France".

Condamné à six ans de prison

On le disait en métropole, en Italie et même au Gabon alors que la Corse y tient le marché des jeux. En 2011, il est notamment l'auteur d'un véritable coup de force pour remettre la main sur le cercle de jeux parisiens lors du putsch du Wagram. Une affaire dans laquelle il a été condamné en appel à six ans de prison en octobre dernier

Lors d'une garde à vue en 2009, le leader corse justifiait sa vie de fugitif par un manque de confiance : "Je ne fais confiance à personne car j’ai peur pour ma vie suite à l’assassinat de mon beau-frère Richard Casanova. Plutôt que d’attendre qu’on me tue, j’ai préféré me cacher", peut-on lire dans Le Monde

L'héritier du grand bandistime corse

À lire aussi
Le Parlement européen en 2017 élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

Hériter du banditisme corse depuis l'assassinat de Richard Casanova, il inspirait la crainte alors qu'il était aussi poursuivi pour des affaires criminelles. Soupçonné d'avoir assassiné Jean-Claude Colonna en 2008, les policiers le voient surtout comme le maître d'oeuvre de nombreux autres règlements de compte sur l’île de Beauté et est considéré comme l’homme-clé des rivalités qui déchirent le banditisme insulaire depuis 2008.

Aujourd'hui âgé de 49 ans, Jean-Luc Germani pourrait ne plus connaître les joies de la liberté et l'odeur du maquis pour de nombreuses années. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Banditisme Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants